AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

avatar
« membre + be young and in love. »

arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 8778
avatar : Tom Holland
crédits : Exordium.
Points : 36
âge du perso : 23 ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Sam 2 Sep - 14:29


cody + alwin
« a date: entertainment, food, and affection. »
La vie n'était question que d'opportunités, de moments enchaînés qui pouvaient tout aussi bien vous faire sombrer ou vous faire voler jusqu'au ciel. Avec cette vie là, il n'y avait jamais de place pour l'attente, la demi mesure, c'était tout ou rien. Alwin avait longtemps vécu dans le rien, restant pantois à attendre que quelque chose de merveilleux se passe. Il avait fallu être très patient parce que le destin l'avait laissé de côté durant un long moment. Ce n'était simplement pas son heure, il n'était vraisemblablement pas prêt à passer l'étape supérieure au sein de son existence, clairement loin de s'imaginer que celle-là ressemblerait à une fournaise en son for intérieur. Son corps tout entier s'était transformé en volcan dès lors qu'on lui avait offert cette chance de vivre à côté de Cody. Oui, il était resté endormi durant des décennies, attendant le moment propice pour faire ressortir tout son potentiel à aimer et apparemment, celui-là était incroyablement grand. Aujourd'hui, c'était l'éruption la plus effusive qui soit. Alwin n'avait plus le contrôle de cette chaleur bouillonnante au fond de ses entrailles, de cette coulée de bonheur qu'il laissait transparaître sur la moindre parcelle de sa peau. Il n'était plus que chaleur, sueur et attente. Oui, l'attente que tout devienne trop fort, qu'il ne puisse plus lutter contre l'évidence, l'amour le rendant fébrile, l'amour le rendant fou. Heureusement, il l'était déjà mais avec Cody, cette vérité était encore plus bouleversante parce qu'il n'avait plus de limite, Alwin n'était même plus en mesure de prendre des décisions sensées. Il aurait aimé pouvoir lui résister, prendre le temps nécessaire pour tout connaître d'elle, de son passé, de sa psychologie, de ce qu'elle aimait et détestait mais ce n'était pas une réalité possible à gérer tant que son désir était aussi intense. Alwin n'était qu'un homme comme un autre et la présence d'une telle femme avec lui ne faisait qu'éveiller le moindre de ses sens. Le volcan s'était éveillé, il ouvrait enfin les yeux sur la beauté des paysages, de ces cadeaux que la vie pouvait leur faire à certains moments parce qu'ils s'étaient rencontrés et que, d'une manière tout à fait incroyable, ils étaient faits pour s'aimer. C'était du moins ce que le beau brun pensait, lui, vu la force avec laquelle le feu de sa passion se montrait. Il était avide, oui, avide d'elle, de sa peau, de son corps, d'atteindre son coeur. Faire l'amour avec quelqu'un n'avait jamais pris un sens aussi profond qu'à ce moment là. Le sexe, c'était toujours simple à gérer, c'était quelque chose de mécanique qui ne requérait pas d'aptitudes particulières mais faire l'amour avec une autre personne, c'était une toute autre histoire. Il fallait être en symbiose, sentir cette harmonie entre deux êtres jusqu'à ses orteils, jusqu'au coeur de ses neurones totalement inutiles pour autre chose que pour révéler ses instincts les plus primaires. Alwin n'avait plus rien d'autre à faire que laisser cette folie troublante s'emparer de son corps, laisser la passion entrer en éruption, espérer que faire l'amour avec Cody procurerait chez elle cette satisfaction qui avait été totalement inexistante jusqu'alors. Oui, ils faisaient l'amour, même si aucun mot n'avait été réellement prononcé en ce sens, même si la vie ne leur laissait pas le confort de mettre des mots sur la moindre expérience qu'ils pouvaient vivre. Alwin, pourtant, savait que c'était aussi fort que cela, aussi fort que deux corps qui se désiraient autant que les deux coeurs qu'ils dissimulaient. C'était ce qu'il voulait faire, oui, toucher le coeur de sa belle en même temps qu'il passait ses mains sur ses courbes ou baiser son épiderme jusqu'à la faire frissonner. Il n'avait pas besoin d'obtenir une réponse de Cody pour savoir qu'elle avait les mêmes intentions que lui en la matière, ils étaient juste tous les deux devenus complètement fous, fous l'un de l'autre, fous dans ce jacuzzi, fous d'amour dans ce fast food, fous à en perdre toute notion de réalité, fous à s'oublier totalement, concentrés uniquement sur le plaisir de l'autre, sur ce désir qui effaçait tout le reste. Pour Alwin, il n'y avait plus que cette femme à la peau hâlée, au corps désirable, aux yeux d'ébène qu'il aimait tant, aux lèvres pulpeuses qu'il ne pouvait plus arrêter d'embrasser. Tout le reste n'avait plus de sens, tout le reste n'avait plus aucune existence... C'était elle et lui, dans cette éruption volcanique qui ne connaîtrait aucun survivant parce qu'ils faisaient l'amour comme s'ils n'allaient pas connaître de lendemain, comme si c'était leur dernière chance de se prouver leurs sentiments. Non, au contraire, c'était la première fois d'une longue lignée où ils seraient présents l'un pour l'autre, la première fois où ils se révélaient amoureux l'un de l'autre. Fous amoureux de cette personne qui avait bouleversé leur existence sans qu'ils n'aient le temps de le réaliser.

Alwin n'avait rien vu venir, non, se perdant dans le regard de la belle Cody au détour des vestiaires de la salle de danse, plus tard sur la piste et lors de ce fameux soir où ils avaient été uniquement tous les deux pour la première fois. Tout avait changé dès les premières secondes, son coeur avait lâché les chevaux, se perdant dans un rythme effréné, l'amour se distillant comme un charmant poison dans ses veines. Depuis ce soir là, depuis leur danse improvisée et ridicule, Daley ne voyait plus que la jolie Lexington et ce nouveau soir plus que jamais, il ne sentait qu'elle. Il ne désirait qu'elle à ses côtés, que cette femme qui tremblait sous les assauts de ses doigts sur son intimité, que cette femme qui ne restait pas inactive en venant nourrir son propre feu dans son bas ventre. Alwin n'avait que peu de résistance et il savait qu'en continuant de jouer à ce petit jeu là, il ne durerait pas très longtemps. Il tint quelques minutes pourtant, suffisamment pour embrasser langoureusement sa danseuse, sa langue mourant contre la sienne alors qu'ils se procuraient mutuellement des sensations grisantes. Puis, il avait tout arrêté, juste quelques secondes, le temps de prendre ses marques sur les jambes de sa belle, s'arrêtant quand il sentait la respiration de Cody s'accélérer. Il n'y avait rien de plus que ce spectacle, que ce moment béni où il vint charmer son intimité de sa langue aventureuse et ses doigts demandeurs de la visiter. Il n'avait rien pu faire d'autre que se perdre dans le plaisir de sa brune, sentant qu'elle s'approchait de sa jouissance vu les réactions qui faisaient vibrer son corps sous les actions du brun. Au moment où Alwin sentit qu'elle ne pouvait plus se retenir, il attrapa sa main libre dans la sienne, mêlant ses doigts aux siens et s'abreuvant toujours de son plaisir intense dans le même temps. Il ne pouvait plus s'arrêter de se nourrir de ce cadeau béni qu'elle lui offrait, la satisfaction de l'avoir emmenée au septième ciel et d'y être restée de longues secondes avant qu'il ne revienne doucement vers ses lèvres. Lui même était au bout de sa volonté, bien incapable de résister à l'appel de ses charmeuses, soupirant contre le souffle de Cody, certainement loin d'être remis de la manière dont elle avait gémi son prénom quelques secondes auparavant, amenant une tension encore plus forte dans la zone basse de son anatomie. Il n'y avait plus de raison, plus de logique, juste ce feu détonnant qui les perdait tous deux dans cette spirale de l'amour. Pour autant, Alwin eut la décence d'esprit de se rappeler qu'il fallait faire attention à leurs faits et gestes, résistant à l'envie de se fondre en elle instantanément, définitivement frustré de constater qu'ils n'avaient aucune protection à portée de main. Cody était tout aussi perdue que lui vu la faible réponse qu'elle put lui donner, encore sous le choc du plaisir qu'on lui avait offert. "Ne récupère pas trop vite, je reviens mon amour." Il n'avait même pas pensé à ce mot si familier qu'il venait d'employer, un mot qui n'avait jamais échappé ses lèvres jusque là, ses fameuses lèvres qui ne quittèrent pas Cody si abruptement puisqu'il l'embrassa encore et encore, redescendant à nouveau sur son corps avant qu'il ne disparaisse à vive allure. Il alla retrouver ses affaires sur la terrasse, fouillant pour retrouver l'objet béni qui les sauverait d'une frustration intense s'ils devaient s'arrêter là, en si bon chemin. Le temps s'écoula à grande vitesse mais Alwin retrouva le chemin de la chambre, lançant leur protection sur le lit, s'y agenouillant avant de tendre la main vers Cody pour qu'elle se retrouve dans la même position contre lui. Il la prit dans ses bras, la serrant contre lui alors qu'il laissait traîner ses lèvres contre son cou et sa mâchoire. "Ca va, je t'ai pas trop fait attendre? Parce que si c'le cas, j'dois toujours pouvoir trouver un moyen de me faire pardonner, je ferais tout ce que tu voudras de toute manière." Alwin voulait se donner corps et âme à sa belle Cody, à ce corps qu'il visita d'une main avide, sa main descendant le long de son dos, s'arrêtant sur sa croupe quand la seconde vint allouer des caresses tendres sur sa poitrine, se perdant quelques fois à l'endroit où son coeur battait si fort. Ses lèvres, elle, meurtrissaient son cou parce qu'elle était sienne autant qu'il était sien. Ils faisaient l'amour comme deux âmes soeurs, deux âmes qui étaient nées pour aboutir à ce moment précis, pour mourir de leur dévotion l'un envers l'autre.
by kkam

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

pseudo : strangelove.
arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 7621
avatar : zendaya coleman
crédits : morrigan (avatar)
Points : 0
âge du perso : vingt deux ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Sam 2 Sep - 17:22



❝a date : entertainment, food and affection.❞
alwin & cody
Tu chutais dans ce précipice qui s’était formé sous tes pieds dès que tu avais commencé à lui parler sur le site de rencontre. Tu ne le savais pas sur le moment, tu ne savais pas comment les choses se dérouleraient. Et pourtant, ça semblait écrit. Tu avais discuté avec lui alors que tu aurais tout simplement pu ne pas le faire. Tu avais traîné sur Matchmaker ce soir là alors que tu n’y avais pas été depuis plusieurs jours, ignorant les petites alertes sur ton smartphone parce que tu étais bien trop occupée. Pourtant, ce soir là, tu avais ouvert l’application. Tu n’avais pu t’empêcher de sourire en lisant la façon qu’il avait à t’aborder. Le premier sourire d’une longue lignée. Il n’était pas comme les autres. Tu l’avais su dès les premières secondes. Il était tout ce que tu aimais. Il était celui que tu attendais depuis des années sans même en avoir en conscience. Tu l’avais attendu, voulant n’offrir ton coeur qu’à ton brun. Il semblait être ton âme soeur. Vous étiez deux parties d’une étoile que l’on avait séparé avant la naissance. Ces étoiles qui venaient de se retrouver après de nombreuses années à errer. Ce manque dans la poitrine qui faisait que vous ne pouviez pas être réellement heureux. Alwin était entré dans ta vie et ton coeur venait de se remplir. Cette part manquante venait de se combler. C’était comme si l’univers te donnait le signal que tu avais enfin le droit d’être heureuse. Que tu avais cette possibilité de vivre une vie bien meilleure que celle que tu avais vécue jusque là. Dès que tu avais pris le temps de réellement le regarder, tu avais su qu’il prendrait une part importante de ta vie. Tu n’aurais jamais pu parier sur le fait que tu tomberais amoureuse. Tu avais toujours considéré que ce n’était pas pour toi. Tu avais toujours voulu te donner cette impression d’être forte comme un roc, si solide que rien ne percerait ta carapace. Pourtant, il avait seulement fallu qu’Alwin entre dans ta vie pour que tout disparaisse. Pour que cette carapace de fer laisse place à un coeur en chamallow. Tu avais complètement fondu pour lui et tu ne pouvais plus faire marche arrière. Et, tu ne le voulais pas. Tu aimais marcher au bord du vide te disait que la chute pour retrouver le monde réel te briserait la nuque. Parce qu’avec lui, le monde était extraordinaire, complètement irréel. Tu sortais de la normalité et tu vivais autre une chose. Une autre vie. C’était un peu ça après tout que de tomber amoureuse. C’était vivre une nouvelle vie, repartir à zéro. Construire de nouvelles bases. Construire un nouvel univers à deux. Il n’y avait que ta moitié qui comptait dans ce nouveau monde. Il n’y avait qu’Alwin qui avait de l’importance. Parce qu’il était tout ton monde maintenant. Il était le soleil au milieu de ces nuits noires. Il était le soleil, centre de l’univers et tout tournait autour de lui. Il était devenu ton pilier, celui qui te tenait debout. Celui pour qui tu te battrais. Celui pour qui tu voulais être meilleure encore. Parce que tu voulais mériter cet amour qu’il te donnait. Cet amour qui était devenu encore plus nécessaire que de l’oxygène pour ta survie. Parce que tu étais éperdument amoureuse. Amoureuse à en mourir. Mourir pour lui, ça ne semblait pas être une si mauvaise façon de quitter ce monde après tout.

Mais ce soir, tu étais bel et bien vivante. Plus vivante que jamais dans ses bras musclés. La chaleur qui avait envie tout ton être était bien loin de l’enfer. Cette chaleur était si agréable que tu ne voulais plus qu’elle te quitte. Elle ne pouvait pas de toute manière. Il était ce feu qui te faisait vivre. Ce feu qui t’embarquait dans une autre galaxie. Ses mains étaient sur ton corps et tu ne pouvais que défaillir. Tu ne pouvais pas survivre à une telle sensation de bien être. Une sensation que tu n’avais jamais connu de ta vie. Tu avais l’impression d’être cette débutante. Celle qui n’avait jamais rien connu avant. Au final, ce n’était pas si faux. On ne t’avait jamais aimé comme il t’aimait. On ne t’avait jamais touché de la manière qu’il avait de le faire. Il y avait ce feu de la passion dans tous vos gestes. Tout était empli d’un désir immense, un désir incontrôlable. Tu avais cette impression de n’avoir jamais rien connu de tel. C’était la première fois que tu faisais l’amour. Réellement. Avant ce soir, il n’y avait jamais eu de sentiments. Pas de sentiments aussi forts. Ça avait été seulement un désir physique, un besoin primaire à remplir. Rien de plus. Mais avec Alwin, c’était bien plus. Beaucoup plus. Ton âme avait besoin de ne faire qu’une avec la sienne. Ton corps avait besoin de s’unir au sien pour étreinte charnelle. Tu avais besoin de lui montrer que tu l’aimais. Et les mots, n’étaient pas suffisant pour ça. Tes mains aimaient chaque parties de son corps qu’elles caressaient. Elles s’appliquaient dans le moindre geste voulant qu’il ressente autant de plaisir que ce que toi tu pouvais ressentir. Tu étais bien incapable de lui rendre la pareille alors qu’il s’occupait de toi avec tant d’amour. Il te propulsait dans les étoiles. Plus haut que ce que personne n’avait jamais connu. Sa langue, ses doigts, tu n’étais plus capable de rien. Tout cet amour qui t’envahissait. Tout ce plaisir qui te prenait à la poitrine. Ce plaisir qui te coupait le souffle. Tu étais incapable de respirer correctement, ta respiration s’accélérant comme si tu effectuais le plus éprouvant des sports. C’était intense. C’était immense. Une immensité que tu n’avais jamais connue et que tu ne savais pas gérer. Ton corps se tendait comme un arc près à tirer sa flèche. Cette flèche qui partait plus vite qu’une tempête alors que tu atteignais le septième ciel. C’était l’apogée de ton plaisir et tu ne pouvais plus rien contrôler. Tes doigts se mêlaient aux siens, se resserrant dès que ta jouissance était trop forte. L’ataraxie était là alors que ses lèvres se mêlaient aux tiennes. Ta langue jouant d’une façon bien plus douce avec la sienne alors que tu te remettais lentement de tes émotions. Alwin, Alwin, Alwin. Ton cerveau ne pensait qu’à lui, qu’à ce moment qu’il venait de te faire vivre. Alwin, c’était aussi ce que tu avais prononcé en atteignant le paradis. Parce qu’il était la seule clé pour l’atteindre. Le seul qui te permettait de l’atteindre de cette manière. De cette manière si forte et si intense. Le feu était toujours en possession de ton âme. Tu en voulais encore. Tu avais besoin de le sentir se fondre en toi. Que vos corps ne forment plus qu’une seule et même unité. Heureusement qu’il pensait pour vous deux puisque ton cerveau était incapable de penser à la moindre protection. Tu étais incapable de te souvenir des choses essentielles après avoir vécu une telle sensation. Une telle vague d’amour et de plaisir. Tu n’étais pas prête de t’en remettre si rapidement. Surtout pas quand il employait ce moment si familier comme si vous étiez ensemble depuis longtemps. Ce mot qui semblait pourtant si naturel, ce moment qui te faisait sourire. Ce mot si tendre que tu ne te lasserais pas d’entendre à l’avenir.  « Reviens vite… » Il ne t’avait pas encore quitté qu’il te manquait déjà. Ton cerveau anticipant déjà les secondes où il serait loin de toi. La séparation n’était évidente pour aucun de vous deux. Il comblait tes lèvres en les embrassant de nombreuses fois. Le détachement n’en restait pas moins compliqué. Son corps s’arrachant au tien, te laissant une part vide. Ça te semblait durer des heures. Il te manquait plus que jamais. Surtout dans ce moment où il était le seul à pouvoir maitriser les flammes de ton corps. Son retour dans la chambre sonnait comme une délivrance. Tes lèvres pourraient retrouver les siennes. Ton corps allait retrouver le sien pour te sentir à nouveau bien. Pour te sentir à nouveau vivante. Tu te redressais, à genoux sur le matelas. Ton corps s’électrisait alors qu’il entrait à nouveau en contact avec le sien. Tes bras passaient autour de son cou alors que ses lèvres retrouvaient ton cou et ta mâchoire. Les frissons te gagnaient de nouveau.  « Tu m’as terriblement manqué. » Tu finissais par retrouver ses lèvres alors que tes mains repartaient à la découverte de son corps. Comme s’il avait pu changer durant ces quelques secondes d’absence. Ta langue dansait avec la sienne une danse qui n’appartenait qu’à vous. Cette danse amoureuse que personne ne pourrait jamais comprendre. Tu le couvrais de ces caresses pleines d’amour. Tes mains retrouvant cette partie basse de son anatomie. Tu l’aimais plus que jamais. Tes lèvres venaient déguster son cou laissant cette légère trace qui prouvait qu’il était tien. Tu finissais par prendre l’objet de votre séparation, cette protection qui était nécessaire pour continuer à vous aimer plus que jamais. Tu l’aimais comme tu n’avais jamais aimé personne. Tu étais prête à ne faire qu’un avec lui. Ne former plus qu’une seule entité pleine d’amour. Tu n’étais qu’à lui. À lui pour toujours.

© Pando

_________________


love drunk ☽comment mettre des mots sur ça ? je déborde d'amour pour toi. aujourd'hui, je n'échangerais ma vie pour rien au monde. tu es ma source de bonheur, ma fontaine de jouvence, mon soleil. tout est allé si vite, une rencontre, un regard, quelques mots, et en un instant tu as bouleversé ma vie. tu as chamboulé mon existence de tes sourires et de ton humour. c'était le début d'une nouvelle vie, le début du rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 8778
avatar : Tom Holland
crédits : Exordium.
Points : 36
âge du perso : 23 ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Dim 3 Sep - 18:10


cody + alwin
« a date: entertainment, food, and affection. »
C'était l'instant ultime, celui qui déterminerait tous les autres... La première fois qu'Alwin pouvait aimer Cody. Il n'y avait probablement rien de plus fort que ce genre de moments: il n'y avait qu'eux deux et plus aucune trace de leur passé, de toutes les épreuves qu'ils avaient dû surmonter et qui avait mis leur âmes en miettes à de multiples reprises. Il n'était plus question de leurs déceptions antérieures, des gens qui leur avaient brisé le coeur, des disparitions qui avaient bien failli mettre un terme à toutes leurs croyances. Cody avait souffert du manque d'un père, Alwin, lui, avait gardé ses deux parents à distance pour ne pas les laisser érafler son coeur déjà fragile. Ils avaient tous les deux eu un équilibre précaire depuis leur enfance, manquant d'un amour certain de la part de leurs géniteurs. Qu'en était-il aujourd'hui? Ils étaient toujours loin d'avoir la vie familiale parfaite mais ils s'étaient trouvés. Oui, au milieu de cet orage qu'était la vie, les deux danseurs avaient fini par se croiser et c'était peut être la chance de leur vie d'être enfin assez pour quelqu'un d'autre. Ils ne se jugeraient pas, en tout cas, c'était l'ambiance qu'ils avaient commencé à installer en discutant de leur vie respective. Alwin respectait bien trop Cody pour envisager de lui faire la moindre remarque sur son style de vie même si celui-ci avait certainement été différent du sien. La belle brune avait laissé entendre qu'elle avait vécu des conflits importants avec sa nouvelle famille, prise dans la spirale d'une enfant qui avait perdu son père trop tôt, de manière trop abrupte. Daley comprenait ses réactions et il aurait certainement été comme elle si les circonstances n'avaient pas été si compliquées pour lui. Le problème pour Alwin, c'était qu'il avait deux frères et qu'il avait toujours fallu se partager l'attention parental. La mission était perdue d'avance parce que le brun avait été le plus timide des frères depuis son enfance, comment se faire sa place quand on ne savait pas quoi dire? Il ne s'était pas rebellé contre l'ordre établi, acceptant le fait qu'il ne serait jamais aimé à sa juste valeur au sein de sa famille. Alwin avait accepté sa solitude comme si c'était un cadeau enchanteur qu'on lui offrait mais il savait que c'était un véritable poison qui l'avait rendu réellement malheureux ces dernières années. Rencontrer Cody remettait en cause toutes ces douleurs: il se disait que, peut être, toutes ces souffrances avaient valu le coup. C'était grâce à elles que son chemin avait croisé celui de la jolie Lexington parce qu'ils s'étaient certainement trouvés un but dans la danse. Cet art leur permettait d'oublier leur douloureuse existence, au moins, dans ce monde là, il n'y avait qu'eux et la musique. Rien d'autre. Alwin n'aurait pas dansé sans ses malheurs et il se demandait si Cody n'avait pas ressenti le même besoin que lui dès son plus jeune âge, juste se trouver un échappatoire, un endroit où les pensées étaient interdites. C'était le monde du rêve, de l'irréel, de tous les espoirs et toutes les illusions et en conséquence, le meilleur moyen de s'exprimer quand on manquait de mots pour expliquer ce manque d'amour qui les avait caractérisés. Alwin et Cody avaient dansé, séparément durant bien des années et désormais, c'était ensemble qu'ils commençaient à vibrer des sons, des mélodies et des rêves qui les entouraient. Daley voulait continuer ce rêve, sentir les pas de sa belle s'allier avec les siens, leurs espoirs liés pour toujours à partir de ce moment là précisément. La danse les avait sauvés durant leurs moments les plus sombres mais aujourd'hui, celle-ci leur faisait prendre confiance qu'aimer, c'était tout donner sans peur. Non, il n'y avait pas de crainte quand le regard d'Alwin se posait dans celui de Cody, il n'y avait que cette tendresse et cette pureté amoureuse. Il aurait voulu être plus patient encore, laisser le temps à son corps d'exprimer le moindre reflet de ses sentiments mais le feu de la passion était bien plus forte que ce genre de convictions factices. On ne pouvait pas être patient en amour, surtout pas quand les émotions étaient si grandes, si intenses et passionnées. Il suffisait de les laisser vivre et Alwin n'était pas de ceux qui pouvaient empêcher un tel feu de se consumer.

Car, oui, ils se consumaient. Tous les deux. A l'unisson. Cody l'aimait de ses gestes purs et déterminés, Alwin ne pouvait que gémir en conséquence. Lorsque c'était à son tour de laisser vivre la force de son amour, c'était Cody qui ne pouvait pas lutter contre la force de son plaisir. Le jeune homme voulait lui offrir tout ce qu'elle méritait, tout le bonheur qu'elle avait manqué au cours de sa vie parce que personne n'avait pris le temps de l'aimer comme elle le méritait. Pour lui, Cody méritait qu'on décroche la lune, les étoiles, la galaxie entière pour faire vibrer son corps et hurler son plaisir de toutes les manières possibles et imaginables. Forcément, Alwin n'avait pu que se servir de son expertise pour espérer obtenir un résultat chez sa belle et il en fut récompensé quand il sentit son orgasme s'exprimer contre ses lèvres, les cordes vocales de sa danseuse laissant échapper son prénom en même temps que sa jouissance s'échappait de la moindre parcelle de son corps. Elle était aimée, voilà ce qu'Alwin avait voulu lui montrer, de ses doigts conquérantes, de sa langue aventureuse, de ce corps tout entier qui la désirait plus que jamais. Il en mourait d'être là à sentir son corps chaud contre elle au moment de l'embrasser comme si la survie du monde en dépendait. Il avait envie de la posséder, de se créer un cocon d'amour en elle, là où personne ne viendrait les séparer, leurs coeurs mêlées dans la beauté de leurs corps qui ne faisaient qu'un. Ce n'était pas une possibilité à l'heure actuelle puisqu'ils avaient tout oublié, pris dans la folie du désir qu'ils éprouvaient. Alwin n'en fut que plus frustré de devoir se détacher de Cody pour se mettre à la quête d'une protection salvatrice. Il fit le plus vite possible après avoir murmuré quelques mots d'amour contre les lèvres encore tremblantes de Cody après sa jouissance. Revenir vers elle fut quelque chose de bien plus salvateur, tous les deux à genoux sur le matelas, la jeune brune dans les bras du danseur, leurs lèvres se mêlant à nouveau comme s'ils n'avaient pas dû se quitter quelques secondes auparavant. "Moi aussi... J'ai eu froid sans toi." Il n'avait plus froid du tout, là, ses lèvres posées contre le cou de Cody, cherchant à réchauffer sa peau, lui prouver qu'il n'était pas prêt de repartir, trop attiré par elle. Alwin gémissait encore en sentant la main de sa petite amie se porter vers lui à nouveau, ses caresses lui procurant une satisfaction non feinte. C'était à son tour d'être au bord du gouffre, fermant les yeux quand la bouche de Cody vint le marquer au creux du cou, les mains du jeune homme se promenant toujours sur toutes les courbes qu'elles pouvaient atteindre. Il mourait de désir, de cette folie pressante. Il la voulait, elle, entièrement et irrémédiablement. Ce furent ses yeux qui lui criaient cette envie profonde au moment où il s'asseyait sur le lit et invitait Cody à se caler sur ses jambes, la protection en main. C'était à elle de décider si elle le désirait aussi ardemment que lui, le bassin d'Alwin cherchant à se libérer de ce trop plein d'excitation en se frottant contre la jolie danseuse. Il n'en pouvait plus, Alwin l'aimait bien trop alors, il la serra contre lui,posa délicatement ses lèvres sur son épaule en passant une main décidée dans ses cheveux. "Cody..." Ce fut la seule supplication qu'il put murmurer contre son oreille en baisant sa peau juste en dessous. Amoureux transi. Oui, transi d'amour pour elle, de ce corps qui ne voulait plus faire qu'un avec le sien. Éternellement.
by kkam

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

pseudo : strangelove.
arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 7621
avatar : zendaya coleman
crédits : morrigan (avatar)
Points : 0
âge du perso : vingt deux ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Lun 4 Sep - 22:01



❝a date : entertainment, food and affection.❞
alwin & cody
Cody, Cody, Cody. Tu étais bien la première surprise par tout ça. Tu étais plus qu’agréablement surprise par ce qui se passait avec ton beau brun. Tu n’aurais pas misé dessus il y a encore quelques semaines et pourtant, ça se faisait. Ça c’était fait si vite. Ton amour pour lui était arrivé soudainement, sans que tu ne t’y attendes. Tu dansais au bord du vide pour cet amour. Pour ses doux yeux, tu étais bien capable de faire n’importe quelle folie. Tu étais prête à chuter s’il le fallait. Tu étais prête à te briser en mille morceaux si tel était ton destin. Tu ne chercherais pas à lutter. Au contraire. Rien ne pouvait tenir la distance face à tes sentiments. Ils étaient immenses. Bien plus gros que tout ce que cette planète pouvait contenir. Ton amour, il atteignait les étoiles. Ton monde s’était mis à tourner autour de lui depuis quelques jours. Il n’y avait que lui dans tes pensées. Lui qui envahissait ton quotidien. Alwin était partout. Alwin était surtout dans ton coeur. Il était à cette place qu’il n’était pas prêt de perdre. Tu l’aimais de cet amour inconditionnel, tu l’aimais de cet amour totalement fou. Ça ne s’expliquait pas. Tu ne pouvais pas justifier pour quoi c’était lui et pas un autre. Il avait cette chose en plus, ce petit truc que personne d’autre n’avait. Tu ne pouvais pas le décrire, tu ne pouvais pas l’expliquer. Tu le sentais dans ton corps, dans ton corps, dans tout ton être. Il y avait ces légers courants électriques qui te parcouraient chaque fois que tu le touchais. Le coup de foudre ? Peut être. C’était une explication qui se tenait pour justifier que tout ce passait si vite. L’alchimie était plus que présente, c’était une évidence. Les regards ne trompaient pas. Tu aimais ton brun bien plus que ce qu’on l’avait jusqu’ici. Tu ne lui demandais pas de changer. Tu ne lui demandais pas d’être meilleur pour être complètement accro à lui. Tu ne voulais surtout pas qu’il change. Encore moins pour toi. Tu n’avais pas cette prétention à te croire si supérieure que les gens devaient changer pour toi. Puis, il n’avait pas besoin de changer vu qu’il était parfait. Ces yeux bruns rieurs, ces cheveux bouclés, sa façon d’être. Tu craquais sur tout ce qui le composait. Tu aimais jusqu’à la mort chacun des atomes de ton blanchisseur. Cette soirée était d’ailleurs pour lui montrer que chaque particules de ton être étaient folles de lui. Cette façon de l’embrasser ou de le toucher ne trompait pas. Tu ne savais pas mentir. Encore moins lors d’une soirée comme celle-ci. Encore moins quand c’était Alwin face à toi. Alwin le voleur de ton coeur.

Ton coeur succombait à tous ses gestes. Tu ne pouvais pas rester dans ton état normal alors qu’il était en train de provoquer un plaisir intense en toi. Il nourrissait ce feu qui te consumait depuis de nombreuses minutes. Ce feu qui ne semblait qu’être comblé après l’orgasme dévastateur vers lequel ton petit-ami venait de te mener. Tu n’avais jamais pris autant de plaisir avec un autre. Personne ne t’avait menée à ce stade. Instantanément, toutes tes expériences étaient réduites à néant. Elles n’avaient plus d’importance. Alwin était le seul à être important, le seul à compter. Il était le seul homme au monde qui savait comment s’y prendre avec toi. Il était le seul homme que tu étais capable d’aimer. Cet amour était réciproque. La preuve était là juste, sous vos yeux. C’était toi, complètement perdue après un tel bonheur. C’était lui venant embrasser avec amour tes lèvres. C’était vos deux corps qui désiraient plus que tout se mêler l’un à l’autre. Ces corps qui n’étaient retenus que par la raison qui refaisait surface. Elle apparaissait au bon moment, vous évitant une bêtise. Le feu était tellement fort qu’il pouvait vous emporter. Il t’avait déjà emportée et tu aurais été bien incapable de te souvenir de la protection si ton danseur ne l’avait pas fait. Tu aurais succombé à ce plaisir charnel sans te soucier des conséquences. Te fichant de ce qui pourrait arriver par la suite. Parce que tu étais comme ça Cody. Tu réfléchissais quand c’était trop tard, quand les choses étaient faîtes. Heureusement, lui le faisait. Mais, pour ton plus grand désarroi, il était obligé de t’abandonner. Au moins pour quelques secondes. Des secondes qui semblaient des heures. Ton corps n’appréciant pas être si long du sien. Il te manquait déjà. Définitivement, la séparation serait plus difficile que jamais. Elle n’était pas pour tout de suite cela dit. Ton corps était de nouveau collé au sien. Cette étreinte si douce, si chaude. Tu étais comblée de le retrouver. Tu allais pouvoir l’aimer encore. L’aimer de toutes les façons. L’aimer encore plus.  « Faut plus se séparer alors… » Ni maintenant, ni jamais. Tu lui appartenais. Il pouvait faire de toi ce qu’il voulait que tu n’y verrais aucuns inconvénients du moment qu’il te laissait cette possibilité de l’aimer. La réciproque était encore mieux. S’il avait eu froid sans toi, le feu devait avoir repris possession de son corps maintenant. La chaleur dans la pièce n’avait fait qu’augmenter. Une véritable fournaise d’amour. Tu le caressais avec amour, tu le caressais avec envie et ce geste était loin de le laisser indifférent. Ton corps se tendait un peu plus en l’entendant. Il te rendait folle. Folle d’amour pour lui. Tu marquais sa peau parce qu’il était tien. Parce que le monde entier devait savoir que tu ne le partagerais pas. Tu voulais le garder égoïstement pour toi. Tu voulais être la seule à le chérir parce qu’il était tout pour toi. Parce qu’il était devenu l’enjeu le plus important de ta vie. Tout semblait se jouer ce soir. Cette soirée allait mener à d’infinies d’autres. D’autres nuits à vous aimer. Mais ce soir était la plus importante de toutes. Elle était la première. Celle dont vous vous souviendrez durant plusieurs décennies. Son bassin se frottant contre toi ne faisait que renforcer ton désir. Tu étais à l’apogée de celui-ci et tu ne voulais faire qu’un avec lui. Tes mains s’activaient pour ouvrir le sachet de la protection. Tu avais besoin de le sentir en toi, de faire l’amour avec lui comme tu ne l’avais jamais fait avant ce soir. La protection mise, tu avais tout le loisir de combler vos envies. De soulager se besoin qui se faisait si pressant. Vous en aviez autant besoin l’un que l’autre. L’entendre prononcer ton prénom ne faisait que le confirmer. Tes lèvres venaient trouver les siennes pour un baiser passionnel alors que ton corps ne faisait plus qu’un avec le sien.  « Bébé… » Tu murmurais ce surnom affectueux pour la première fois contre ses lèvres alors que tu profitais de cette sensation enivrante. Tu étais sienne ce soir. Tu l’étais pour la vie.

©️ Pando


Spoiler:
 

_________________


love drunk ☽comment mettre des mots sur ça ? je déborde d'amour pour toi. aujourd'hui, je n'échangerais ma vie pour rien au monde. tu es ma source de bonheur, ma fontaine de jouvence, mon soleil. tout est allé si vite, une rencontre, un regard, quelques mots, et en un instant tu as bouleversé ma vie. tu as chamboulé mon existence de tes sourires et de ton humour. c'était le début d'une nouvelle vie, le début du rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 8778
avatar : Tom Holland
crédits : Exordium.
Points : 36
âge du perso : 23 ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Mar 5 Sep - 21:30


cody + alwin
« a date: entertainment, food, and affection. »
Il avait passé son temps à l'attendre, sans la chercher vraiment. Pourquoi faire? Alwin n'avait pas cru une seule seconde qu'on lui apporterait l'amour sur un plateau d'argent. Pas maintenant, pas de cette manière là. Au bout du compte, il avait juste eu à se rendre à la salle de sport pour trouver cette femme qu'il avait tant désiré jusqu'ici. Daley n'envisageait pas l'amour si simplement: pour lui,il avait toujours été question de grands élans, d'années à faire le premier pas voire le grand saut. Avec Cody, tout était arrivé à vive allure, sans qu'il n'ait eu le temps de s'y préparer véritablement, ne se rendant même pas forcément compte des mots qui lui échappaient quand il s'adressait à elle. Pourtant, il lui avait dit. Au terme d'une soirée exceptionnelle, Alwin s'était contenté de lui dire qu'il la trouvait belle et qu'elle lui plaisait, ce qui constituait un très grand pas pour l'humanité venant de lui. Il avait toujours été timide et avec les filles, c'était pire que cela encore. A vrai dire, la raison était connue: il n'en avait eu que très peu dans son entourage. Sa mère était souvent absente et il n'avait que des frères autour de lui. Alors, lorsqu'il était arrivé à l'école, quelle surprise il avait eu de voir que les filles avaient un fonctionnement différent du sien. Il s'y était habitué après toutes ces années mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'il était prêt à dépasser sa peur d'oser aller vers elles. Finalement, il était resté dans son coin, profitant de quelques amitiés féminines au cours des années mais rien d'extravagant, rien de l'acabit de ce qu'il vivait avec la belle Lexington ces derniers jours. Avec elle, Alwin avait le courage de tout,mais surtout d'être lui même. C'était le plus gros défi de son existence, ce gamin qu'il avait été n'en revenait pas de ce qu'il était capable de faire. Daley avait simplement arrêté de se cacher derrière son humour d'idiot et es techniques de défense les plus primaires: c'était comme s'il s'était jeté dans le grand bain alors qu'il ne savait pas nager. Le résultat était beau, il n'avait pas coulé, il était juste resté en apnée quelques secondes avant d'immerger avec grâce, vivant et lui même par dessus le marché. Cody était la seule à apprécier cette toute nouvelle réalité chez lui, Alwin continuant d'exposer tout un tas de faux semblants au reste du monde. Il ne voulait pas briser cette bulle, ce sentiment de bonheur immense qui l'envahissait quand il repensait au moment où il avait eu le courage de dire à sa jolie danseuse ce qu'il pensait d'elle, ce qu'il pouvait ressentir pour elle et surtout, quand il sentait ses lèvres se poser sur les siennes en conséquence. Tout était bien plus coloré depuis ce jour là, c'était comme si Alwin avait été dans un coma profond depuis sa naissance pour finalement s'éveiller de la plus belle des manières. L'amour l'avait libéré, cette femme avait tout changé chez lui parce qu'elle était entrée dans sa vie comme un ouragan, éradiquant la moindre trace de doute dans son coeur, le débarrassant de toutes ces sales habitudes qui le rendaient fébriles jusque là. Cody lui avait montré qu'il n'était pas moins bien que tous autres, qu'il pouvait même être exceptionnel pour quelqu'un et unique. Oui, unique comme cette relation qu'ils partageaient ces derniers jours et qui chassaient le moindre nuage de toutes ces journées mornes et harassantes. Il n'avait plus qu'à penser à elle, la jolie danseuse brune et tout s'illuminait à nouveau. Alwin souriait tout simplement, dès qu'il pensait à elle. Constamment, finalement.

Ce n'était pas lors de cette soirée que cette réalité allait changer. Alwin ne voyait qu'elle. Depuis qu'il l'avait vue, ses yeux étaient uniquement concentrés sur elle. Sur Cody. Son regard, à elle. Son sourire. Ses traits. Ses courbes. Ce tout si plaisant qui lui coupait la respiration la plupart du temps. Alwin n'avait jamais été témoin d'une telle beauté avant elle et l'avoir contre lui, la sentir partir rien qu'avec ses gestes délicats, c'était déjà bien trop pour lui. A vrai dire,il était déjà en train de développer une addiction à ce phénomène: l'entendre gémir, sentir son corps se contracter et voir l'expression de bonheur mourir sur ses lèvres, c'était tout ce que le jeune danseur avait demandé. C'était le plus beau cadeau de l'univers, le plus frustrant également parce qu'il n'aidait en rien son désir à se contenir. Depuis quelques minutes déjà, le brun devait lutter contre son souhait de venir en elle, se laisser porter par le vent de cet amour si fort qu'il déchaînerait les océans dans d'autres circonstances. A l'heure actuelle, pourtant, leurs deux corps devaient se montrer patients le temps qu'Alwin trouve de quoi protéger leurs ébats. Les minutes furent longues jusqu'à la retrouver alors que, peut être, il n'était question que de quelques secondes. Alwin avait arrêté de respirer durant ce temps mais sentir son corps chaud contre le sien lui permit de retrouver la moindre de ses fonctions, en dehors de celle plus cérébrale parce qu'il était bien incapable de réfléchir à quoique ce soit. Il n'avait rien d'autre en tête que ses caresses qui le faisaient vaciller encore plus, des râles s'échappant de sa gorge alors qu'il la serrait contre lui, cherchant à se raccrocher à son corps comme si elle avait son salut entre les mains. Quelque part, c'était bel et bien le cas parce qu'Alwin n'avait d'yeux que pour elle, que pour cette sensation délicieuse de sentir sa marque dans son cou, sa peau sous les caresses qu'il continuait à lui offrir entre deux halètements plus difficiles du fait des actions de sa belle sur son corps tendu. Alwin lâchait du lest, il mourait d'envie d'elle, comme il n'avait jamais eu envie de personne. Non, plus jamais ils ne se sépareraient, plus jamais il ne toucherait quelqu'un d'autre de la manière qu'il pouvait le faire avec elle. Avec Cody. Ses pensées n'étaient plus cohérentes et leur bassin qui entrait en contact ne l'aidait pas à retrouver un sens à ce qui pouvait se passer. Le seul sens qu'il trouva, ce fut celui de ses lèvres contre la peau de son épaule, descendant à nouveau partout où il le pouvait, sur son buste, sa mâchoire, partout alors que la jolie danseuse s'affairait à mettre en place la protection. En un rien de temps, ils se liaient. Enfin, ils ne faisaient qu'un. Alwin ne put réprimer l'élan de satisfaction qui courut entre ses lèvres au moment où il les ouvrait pour recevoir le baiser langoureux de sa compagne. Il n'osait même pas bouger pour le moment, souhaitant simplement profiter de cette toute nouvelle réalité: celle d'être en elle, de l'embrasser avec cette passion dévorante, avec ce plaisir certain de l'aimer plus que de raison. Il entendit le mot qu'elle prononça à son égard et la main d'Alwin descendit contre sa zone érogène pour la caresser amoureusement, son pelvis se mettant en action contre le sien, doucement, tendrement. Ne pas brusquer leur amour. Jamais. Non, Alwin voulait profiter de la sensation de son corps assis sur le sien, du rythme doux qu'ils commencèrent à s'imposer, leurs lèvres s'unissant dès qu'ils en avaient la possibilité, Alwin s'y perdant en venant lier une de ses mains avec celle de Cody au moment où la cadence s'accéléra légèrement, son regard posé dans le sien, dans cette abîme de bonheur qu'ils partageaient. L'union de toute une vie, voilà ce qu'ils étaient en train de vivre, voilà ce qui martyrisait le rythme cardiaque d'Alwin en même temps que celui de son bassin mourant d'un désir puissant. D'un désir infini.
by kkam

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

pseudo : strangelove.
arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 7621
avatar : zendaya coleman
crédits : morrigan (avatar)
Points : 0
âge du perso : vingt deux ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Mar 5 Sep - 22:40



❝a date : entertainment, food and affection.❞
alwin & cody
Ta vie se transformait en une douce mélodie. Tu avais toujours que cette mélodie ne serait pas pour toi. Parce que ta destiné était ailleurs. Ta destiné, tu l’avais imaginé à l’autre bout du monde. Puis, tu l’avais imaginé ici à New York, te rendant à l’évidence que ta vie était ici maintenant. Ici pour un temps. Tu n’avais jamais eu l’intention de t’éterniser à New York. Rien ne t’y retenait. Pas jusqu’à maintenant en tout cas. Tu avais toujours eu cette envie de découvrir le monde. Un sac à dos sur les épaules et rien de plus. Tu voulais traverser le monde, découvrir de nouveaux océans. Découvrir de nouveaux horizons. Au final, ce qui t’arrivait depuis quelques jours n’était pas si différent. C’était un voyage. Le plus grand voyage de ta vie d’ailleurs. Celui dont tu ne reviendrais pas indemne. Celui d’où tu ne voulais pas rentrer. Parce qu’il n’y avait rien de plus beau que d’être dans les bras d’Alwin. Il n’y avait pas plus douce sensation. Il t’emportait dans un univers bien plus grand. Dans quelque chose de beaucoup plus beau. Dans ce monde, il n’y avait que vous deux. Il n’y avait que de la danse, que de l’amour. C’était tout ça, c’était ce que tu aimais. Tu ne voulais rien de plus. Tu ne le voulais que lui. Tu n’avais pas eu besoin de partir à l’autre bout de la Terre pour le trouver. Tu n’avais même pas eu à le chercher. Il s’était imposé à toi comme l’évidence impose de respirer. Tu l’avais croisé tellement fois avant cette première discussion sur le site de rencontre. Et pourtant, tu n’avais jamais ouvert les yeux jusque là. Peut être que vous aviez perdu un temps précieux. Si tu lui avais parlé réellement bien avant, la magie se serait produite. Elle ne pouvait que se produire lorsque l’on rencontrait sa moitié. Parce que tu n’étais plus cette âme solitaire depuis qu’il était là. Non. Tu étais cette rose qui s’épanouissait au soleil. Cette rose qui ouvrait ses pétales, prête à s’ouvrir au monde. Tu étais prête à tout tant que ta main restait dans celle de ton brun. Tu voulais traverser l’avenir avec lui. Tous tes voyages que tu avais imaginé en solitaire, au final, tu ne voulais plus les faire seule. Tu le voulais avec toi. Tu voulais traverser le monde avec lui. Découvrir les merveilles du monde à ses côtés. Tes doigts liés aux siens. Le regardant lui aussi parce que c’était lui ta merveille au final. Parce qu’il n’y avait rien ni personne qui ne pouvait l’égaler. Il était le seul. Il était celui de qui tu étais tombée amoureuse. Celui que ton coeur avait choisit et avec qui tu voulais tout découvrir. Celui avec qui tu prenais tous les risques. Tu avais mis ton coeur en gage depuis votre premier soir. Peut être que tu allais finir par tout perdre. Mais au moins, tu perdrais en ayant été heureuse au moins le temps de quelques soirées. Parce qu’Alwin, il était la lumière de ton monde. Il était celui qui avait rendu tes derniers jours plus beaux. Il était un soleil tellement éblouissant que c’était te brûler que d’être proche de lui. Tu te consumais à ses côtés. Complètement.

Cette soirée n’était pas prête à apaiser tes brûlures. Au contraire. Tu te brûlais encore un peu plus chaque fois que vos peaux entraient en contact. Et tu aimais ça. Tu adorais cette sensation de brûlure. Tu en étais devenue accro. Il était tout. Tout ce dont tu avais besoin même si tu pouvais avoir mal n’importe quand. La blessure n’avait pas d’importance à l’heure actuelle. Tu préférais souffrir si ça te permettait d’avoir quelques secondes de bonheur avec lui. Tu avais le droit à bien plus que des secondes ce soir. Tu avais le droit à des minutes, à des heures complètes. Tu avais le droit à toute la nuit avec lui. De toute évidence, elle serait la plus belle que tu passerais. Une première nuit à deux. Une première étape importante. Une nuit d’amour comme tu n’en avais jamais connu avant. Ton plaisir était à son apogée, tu vivais les choses bien plus intensément avec lui. Tout était intensifié dès que ton corps rencontrait celui du blanchisseur. Il n’y avait plus rien d’autre qui ne comptait dans ces moments là. Il n’y avait que lui. Il n’y avait peut être toujours eu que lui au final. Ton coeur l’avait attendu sans son rendre compte. Ton coeur s’était protégé l’attendant lui. Tu avais été Raiponce dans sa tour attendant que son prince charmant vienne la libérer. Qu’il vienne lui faire découvrir le monde. Tu étais cette Raiponce et il était ton prince. Il était même ce prince bien plus parfait que celui des contes ou des dessins animés. Il les battait tous à plate couture. Ou peut être que tu le pensais parce que tu n’étais pas objective lorsque tu pensais à lui. Tu ne pouvais pas l’être alors que tu le regardais avec ces yeux emplis d’amour. Tes yeux qui se fermaient alors qu’il te procurait ce plaisir intense d’un orgasme. Ce plaisir qui faisait que tu ne touchais plus le sol. Il n’y avait que lui pour te faire vivre une telle sensation. Tout comme il était le seul à pouvoir te faire ressentir un tel manque alors qu’il ne partait pas si longtemps. Il te manquait comme jamais alors qu’il t’avait quitté seulement pour que cette passion puisse continuer à vous emporter. Vous dévorer sans aucune retenue. La chaleur et ce doux bien être revenait alors que vos corps se retrouvaient. Deux aimants que l’on ne pouvait plus séparer. Non. Maintenant, plus rien n’allait pouvoir te séparer de lui. Il n’y avait plus rien qui vous poussait à le faire. C’était seulement vous. Vous deux dans cette chambre à vous prouver votre amour. Cet amour charnel sans que les mots ne soient nécessaires. Par fois, les mots n’étaient pas suffisants. Ce soir, les mots ne servaient à rien. Vous saviez. Vous saviez que l’amour était partagé. Il n’y avait pas besoin de plus. Tes mains caressaient son corps, ce corps qu’elles ne connaissaient pas assez bien. Elles devaient l’explorer, en apprendre les moindres détails. Tes lèvres goûtaient sa peau, elles s’enivraient de son parfum. Tu étais ivre. Ivre de lui. Tu avais besoin de le sentir en toi, d’être réunie à lui de la façon la plus proche. Plus aucuns espaces ne pouvaient vivre entre vous. Tu ne faisais qu’un avec lui. Tu l’embrassais parce que tu l’aimais. Parce que tu voulais que ce moment soit scellé à jamais. Rien ne l’effacerait. Il était gravé parmi les étoiles. Tu l’aimais. Tu l’aimais plus que ce que ton coeur était capable. Ton coeur qui allait finir par exploser à force de battre si fort dans ta poitrine. Vous n’étiez qu’amour, que tendresse. Le rythme était doux, lent. Vos corps s’adaptant l’un à l’autre comme s’ils avaient été fait pour ne faire qu’un. Tes lèvres trouvaient les siennes à de nombreuses reprises tout comme elles trouvaient son cou ou son torse. Tes lippes avaient ce besoin de toucher sa peau, de déposer de l’amour sur chaque parcelle de son corps. L’une de tes mains était liée à la sienne. Tu n’étais pas prête de la lâcher. Jamais. Le rythme s’accélérant n’y changeait rien. Au contraire, tu t’accrochais à lui comme s’il pouvait s’évaporer à tout moment. Parce qu’il n’était peut être qu’un rêve. Parce qu’il était bien trop parfait pour toi. Parce qu’il était trop tout et que tu n’avais jamais eu le droit à ça. Tu n’avais jamais autant. Tu n’avais jamais vécu un moment comme ça. Les soupirs de plaisir trahissaient toutes tes pensées. Tu ne pouvais rien cacher. Surtout pas à lui. Surtout pas dans un moment comme celui là. C’était faire l’amour pour la première fois de ta vie. Alwin Daley était le premier à t’aimer comme jamais tu n’avais laissé quiconque le faire avant.

© Pando

_________________


love drunk ☽comment mettre des mots sur ça ? je déborde d'amour pour toi. aujourd'hui, je n'échangerais ma vie pour rien au monde. tu es ma source de bonheur, ma fontaine de jouvence, mon soleil. tout est allé si vite, une rencontre, un regard, quelques mots, et en un instant tu as bouleversé ma vie. tu as chamboulé mon existence de tes sourires et de ton humour. c'était le début d'une nouvelle vie, le début du rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 8778
avatar : Tom Holland
crédits : Exordium.
Points : 36
âge du perso : 23 ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Mer 6 Sep - 21:57


cody + alwin
« a date: entertainment, food, and affection. »
Sa vie avait bousculé en un éclair et Alwin ne savait pas du tout vers quelle destination il se rendait désormais. En avait-il eu une au départ? Telle était la véritable question. Ce cher Daley n'avait jamais eu l'air d'avoir un quelconque plan, que ce fut de carrière ou quelques chose de plus personnel. Il avait toujours préféré ne pas penser à l'avenir, une manière comme une autre de s'éviter des angoisses trop importantes. Après tout, il avait toujours été incroyablement nerveux et envisager le futur le dirigeait naturellement vers ces crises de panique qui ne se réglaient pas en l'espace d'un clin d'oeil. Il avait détesté cela durant son enfance et depuis l'adolescence, Alwin faisait tout pour s'éviter ce genre de déconvenues. Quand il n'y avait aucun risque de pris, il n'y avait aucune raison d'angoisser au bout du compte. Pouvait-il encore appliquer cette technique en vue de tous les changements qu'il était en train de vivre? C'était une autre question qui amenait une réponse beaucoup plus simple parce qu'Alwin ne s'engageait pas dans n'importe quelle histoire, il entrait dans le monde merveilleux mais troublant de l'amour, sous toutes ses formes. Et dans cet univers précisément, il n'était pas question de contrôler quoique ce soit, bien au contraire, il s'agissait d'un lâcher prise constant, d'offrir sa confiance à quelqu'un d'autre que soi même. Autant dire que c'était l'apogée de l'angoisse pour les garçons comme Alwin l'avait longtemps été. Pourtant, il semblait tenir le coup depuis qu'il fréquentait Cody, certainement parce qu'il n'avait même pas eu le temps de penser au lendemain, bien trop occupé à se refaire le film de leurs multiples rencontres, à chaque sourire qu'ils avaient pu échanger, chaque rire qu'il avait pu entendre venant d'elle. Dans ces circonstances, Daley ne voyait pas les nuages qui pouvaient s'amonceler au dessus de son crâne quand il pensait au futur, à toutes ces incertitudes qui existaient quand on choisissait d'aimer quelqu'un d'autre que soi même. Jusque là, Alwin avait déjà eu bien du mal à s'apprécier alors, comment pouvait-il imaginer ce qui adviendrait de lui en étant fou amoureux de Cody Lexington? Et pourtant, c'était exactement ce qui était en train de lui arriver. Il n'était pas en mesure de contrôler la montagne de sentiments qui se creusaient dans son coeur ces derniers jours parce que c'était totalement hors du commun et surtout inattendu. Alwin n'avait pas été préparé à quelque chose d'aussi prenant, d'aussi intense et d'aussi fou. Oui, au bout du compte, c'était ainsi qu'il pouvait résumer la situation: aimer la belle danseuse, c'était quelque chose de totalement dingue qu'il ne pouvait pas expliquer, même pas dessiner en quelque sorte. Le brun ne pouvait rien faire d'autre que de le vivre, à cent pour cent, en tâchant de profiter de chaque seconde que le destin pouvait lui donner en cadeau en étant avec elle. Cody, la beauté. Cody, la  magie. Cody, la parfaite. Cody, l'amour. Il n'y avait plus que ce genre de pensées qui traversaient son cerveau malade d'amour, aucune overdose n'était possible cela dit parce qu'on ne pouvait jamais aimer assez quelqu'un comme elle. La brune était simplement ce qu'il avait connu de mieux, ce qu'il souhaitait avoir pour le reste de sa vie mais pour en arriver là, encore fallait-il qu'il soit à la hauteur de ce qu'elle était. Là dessus, Alwin espérait ne pas avoir un travail trop conséquent à fournir, il espérait juste être assez pour elle. Et plus encore, il désirait être aussi important pour elle qu'elle ne l'était pour lui. Elle s'était même inscrite dans la moindre de ses cellules à ce stade, il respirait Cody, il pulsait Cody à travers ses artères et elle voyageait jusqu'au moindre recoin de son corps et son esprit, imbattable bactérie qui l'entraînait vers l'ataraxie la plus merveilleuse au monde.

Justement, ce bonheur là, Alwin était en train de le vivre pour la première fois de son existence. Certes, il avait déjà eu quelques expériences amoureuses mais jamais rien qui ne fut aussi éminent que cet instant là. Il n'avait aucun point de comparaison possible au bout du compte, lui véritable novice de l'amour, lui qui avait tout oublié dès le moment où sa peau était entré en contact avec celle de sa brune. Il ne réfléchissait plus de toute façon, son cerveau fonctionnait sur pilote automatique, totalement obnubilé par ce désir fou qui le prenait aux tripes dès qu'il la regardait, encore plus quand il la touchait et qu'elle exprimait son plaisir. Lui même n'était pas en reste dans cet échange vif qu'ils avaient depuis les prémisses dans le jacuzzi. Plus rien d'autre ne comptait en dehors d'elle, des caresses qu'elle lui offrait et qui le faisaient tanguer à la vitesse de la lumière. Alwin ne tenait pas, pourtant, à s'arrêter là, pas alors qu'ils étaient en pleine course contre la montre face à ce plaisir qui remportait la bataille haut la main. Les lèvres de Cody se posaient dans son cou, sur son buste et sa main se resserra contre la sienne, cherchant à établir le plus de contacts avec elle au moment où le monde disparaissait réellement autour d'eux. Il n'y avait plus rien d'autre que leurs deux corps accrochés l'un à l'autre, à la satisfaction intense qui occupa le coeur d'Alwin dès l'instant où la communion eut lieu avec sa jolie brune. Il n'y avait pas de passé ni de futur, plus rien que ce regard qu'il lui offrit, l'amour perçant les pupilles de Cody, l'amour faisant grimper l'appétence qu'il avait pour elle. Il ne savait plus qui il était, Alwin était juste celui qui berçait son bassin contre celle de sa belle, ses lèvres happant les siennes à intervalles réguliers, à la recherche de cette bénédiction divine qui s'exprimait entre eux. Le moment était étourdissant, le rythme s'accélérait au fur et à mesure mais à aucun moment Alwin n'arrêtait de la toucher. Au contraire, il caressa sa peau d'une main décidée, faisant glisser celle-ci dans sa chevelure, sur son visage, dans son cou et sur le reste de son corps. Daley perdait totalement le contrôle de ses cordes vocales, ne pouvant se contenir qu'en calant sa bouche contre l'épaule de Cody, la marquant tendrement alors que son plaisir grimpait à vive allure. Se retenir devenait une mission plus qu'impossible et la main d'Alwin vint chercher le bas ventre de sa danseuse, caressant la zone de plaisir que sa virilité ne pouvait pas combler. Il n'y avait plus aucune cohérence dans son esprit, ses mouvements devenaient erratiques en même temps que l'euphorie le gagnait. Oui, il vivait cet amour aussi fort que possible, aussi violemment que cette jouissance qu'il laissa s'envoler, son corps entrelacé à celui de Cody. Sa vie liée à la sienne pour la petite éternité de ce doux instant.
by kkam

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

pseudo : strangelove.
arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 7621
avatar : zendaya coleman
crédits : morrigan (avatar)
Points : 0
âge du perso : vingt deux ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Jeu 7 Sep - 16:36



❝a date : entertainment, food and affection.❞
alwin & cody
Les surprises faisaient parties intégrantes de la vie. Les surprises, on ne pouvait pas le prévoir. Ça te tombait dessus. Elles pouvaient être bonnes ou mauvaises. Elles avaient souvent été mauvaises pour toi. Tu avais souvent pensé que tu avais dû être une horrible personne dans une autre vie pour que le destin s’acharne de cette manière. Tu pensais que le karma te détestait. Mais au final, si toutes ces mauvaises choses s’étaient produites dans ta vie, c’était peut être tout simplement pour compenser l’extraordinaire qui venait de te gagner. L’amour avait été ta surprise. L’amour t’était tombé dessus alors que tu ne t’y attendais pas. Tu ne l’avais même pas espéré. Tu l’avais plutôt fui, tu n’avais pas eu envie de tomber amoureuse. Tu n’avais jamais voulu prendre le risque de donner ton coeur et de souffrir ensuite. Parce que tu avais toujours cette menace du destin. Cet avenir que tu n’avais jamais imaginé brillant. Tout ça, c’était pour ta soeur. Tu avais toujours pensé que ta soeur était celle qui devait faire honneur à la famille. Celle qui avait une vie parfaite depuis toujours. Elle avait tracé son avenir depuis bien longtemps. Elle avait mené tout ça d’une main de fer. Elle n’avait jamais laissé aucuns obstacles se mettre sur sa route. Ta soeur, elle était la personne la plus forte que tu connaissais. Elle surmontait tout sans jamais se plaindre. Elle était celle qui avait tenu la famille à bout de bras alors qu’elle aurait pu exploser à n’importe quel moment. Parce que toi, tu avais été celle qui amenait le ko. Tu étais celle qui aurait pu faire tout exploser avec tes crises parce que tu n’étais pas capable d’accepter le nouveau mari de ta mère. Tu avais été la pire des pestes. Tu n’en avais fait qu’à ta tête. Tu t’étais toujours attiré des problèmes. Mais ta soeur, elle était là. Là pour te remettre sur les bonnes rails. Là pour apaiser les choses quand ça allait trop loin. Elle était là pour soutenir ta mère qui ne devait plus en pouvoir de toi. Elle qui était tiraillée entre son nouveau mariage et sa fille.Tu ne lui avais jamais rendu la vie facile à ta mère. Tu te doutais bien qu’elle devait être heureuse maintenant que tu vivais à New York. Elle pouvait enfin souffler. Elle n’avait plus à s’inquiéter pour toi. Ta mère n’avait pas à se demander ce que tu ferais encore ou ce qu’il t’arriverait vu que tu cumulais les malchances. C’était pour ça que tu n’avais pas pu t’attendre à tout ça. Tu ne pouvais pas t’attendre à une surprise aussi belle que l’entrée d’Alwin dans ta vie. Tu ne le méritait pas, tu ne méritais pas d’avoir quelqu’un d’aussi bien dans ta vie. Tu étais chanceuse au final. Chanceuse parce qu’il t’aimait comme tu étais. Il aimait cette Cody naturelle, cette Cody qui ne savait pas faire autrement qu’être elle même. Tu ne pouvais pas changer ta façon d’être. Tu ne savais pas faire semblant et il ne te le demandait pas. Il avait eu un extrait de ton mauvais caractère, tu lui avais parlé de choses dont tu étais peu fière. Et pourtant, il n’avait pas fui. Bien au contraire. Il était devenu plus proche de toi au fil de la soirée. Vos corps se rapprochant pour ne faire plus qu’un. Alwin, il était cet ange qui venait distiller des paillettes de bonheur dans ta vie.

Un ange gardien, un ange protecteur. Voilà ce qu’était ton brun. Il était celui qui te redonnait de l’espoir. Il rendait la vie plus belle. Cette vie que tu menais était moins terne, moins ennuyante. Cette vie, elle valait la peine de se battre. Tu avais envie de garder à jamais tout ce que vous viviez depuis quelques jours. Tu voulais vivre ça à jamais. Tu voulais continuer de sentir ton coeur battre à ton rompre dans ta poitrine. Penser à Alwin te rendait toujours heureuse et tu ne voulais pas que cette sensation s’arrête. La peur de l’amour s’était envolée depuis qu’il était entré dans ta vie. Ton blanchisseur avait capturé ton coeur, il l’avait entre ses mains et il lui appartenait. Pour toujours. Alwin avait marqué ta vie. Il avait marqué ton corps, il marquait ton coeur. À jamais, il resterait le seul et unique. Il était le seul qui pouvait te faire vivre de tels moments. Aucun autre ne pourrait réussir l’exploit. Alwin, Alwin, Alwin. Ce n’était que lui, tout le temps. Il était dans ta tête en permanence. Tu souriais en pensant à son prénom. Tu souriais sans t’arrêter depuis plusieurs jours. Tu avais cette attitude de fille amoureuse. Tu étais tout droit sortie d’une comédie romantique. Tu étais devenue l’héroïne de ta propre histoire. Tu ne te laissais plus porter par la vie sans rien en attendre. L’espoir était revenu depuis que ton danseur était à tes côtés. L’espoir d’une vie meilleure. Une vie à ses côtés. Tu avais cessé d’espéré pendant des années, tu n’avais rien attendu de la vie. Tu avais pensé finir le reste de ta vie comme ça. Tu avais songé à te laisser porter sans imaginer ce qui pourrait se passer. Mais, tu t’étais faîte rattrapée par tout ça. Parce que quand on était heureuse, on ne pouvait qu’espérer. Tu respirais le bonheur dans les bras d’Alwin. Il était un magicien, il était un enchanteur. Il avait envouté tout ton corps. Le désir te consumait depuis plusieurs longues minutes. Le moment dans le jacuzzi avait permis d’allumer la flamme, de passer une nouvelle étape dans votre relation. Ce besoin physique était grand. Ce besoin physique était comblé par son corps sur le tien. Par ses doigts et sa langue qui avait découvert ton anatomie et qui t’avait permis de plonger jusqu’au paradis. Pourtant, ton corps était loin d’être rassasié. Le désir était trop fort. C’était un désir plus puissant que mille tempêtes, un désir qui pouvait tout détruire sur son passage. Ce désir était aussi puissant que l’amour que vous aviez l’un pour l’autre. Autant dire que ce n’était pas rien. Tu l’aimais plus que de raison. Tu l’aimais au point de toucher la folie. Cette folie qui se propageait un peu plus dans tes veines dès qu’il te touchait. Les frissons envahissaient ton corps, tu ne maîtrisais plus rien. Tout semblait hors de portée, hors de contrôle. Ton instinct te guidait, ton instinct savait exactement quoi faire. Le monde s’écroulait sous vous alors que tu ne faisais plus qu’un avec ton petit-ami. La sensation qui parcourait ton corps, tu ne l’avais jamais connue avant. Tu avais perdu pied. Tu étais ivre d’amour. Ton coeur était rempli de cet amour immense que tu lui portais. Il n’y avait plus rien qui ne comptait que cette magie que vous étiez en train de vivre. Rien n’avait d’importance. L’apocalypse pouvait se produire à l’extérieur de cette chambre que ce n’était pas grave. Tu ne voyais plus rien d’autre que ses beaux yeux bruns. Tes iris se perdant dans les siennes alors que l’intensité de l’instant s’accentuait. Tu mourrais d’amour pour lui. Ton corps s’adaptait à merveille au sien. Ton corps avait été conçu spécialement pour lui. L’harmonie était là. Ton bassin accompagnait le sien dans une danse sensuelle. Tes lèvres rencontraient les siennes à de nombreuses reprises. Tes gémissements de plaisir emplissait la pièce sans que tu ne puisses le contrôler. Tes mains caressaient son corps. Elle se baladait sur le moindre de ses muscles alors que tes lèvres rencontraient sa peau régulièrement. La bouche de ton brun rencontrait ta peau, marquant son passage. Le monde s’évaporait, il ne restait plus que votre amour. Il était la seule chose importante ce soir. L’une de tes mains venait caresser son visage avec tendresse. Il était tellement beau. Tellement important à tes yeux. Jamais rien ne pourrait égaler tout ce que tu vivais avec lui. Il était devenu ton tout. Il était ton oxygène, celui dont tu ne pourrais plus jamais te passer. Sa main qui te caressait finissait de t’achever. Tu atteignais une nouvelle fois le septième ciel. Tu laissais cet orgasme s’échapper tout comme s’échapper son prénom d’entre tes lèvres. Tu t’accrochais à lui comme on s’accrochait à la vie. Parce qu’il était toute ta vie.

© Pando

_________________


love drunk ☽comment mettre des mots sur ça ? je déborde d'amour pour toi. aujourd'hui, je n'échangerais ma vie pour rien au monde. tu es ma source de bonheur, ma fontaine de jouvence, mon soleil. tout est allé si vite, une rencontre, un regard, quelques mots, et en un instant tu as bouleversé ma vie. tu as chamboulé mon existence de tes sourires et de ton humour. c'était le début d'une nouvelle vie, le début du rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 8778
avatar : Tom Holland
crédits : Exordium.
Points : 36
âge du perso : 23 ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Jeu 7 Sep - 22:18


cody + alwin
« a date: entertainment, food, and affection. »
Elle et lui, c'était déjà à marquer dans les annales. S'aimer autant ne devait jamais s'oublier, c'était autant une question de principe que de respect. Alwin n'avait jamais pu espérer ce genre d'aventures avant que Cody ne s'immisce dans son âme et conscience. Désormais, elle était partout et il ne savait pas forcément bien comment il était censé gérer la situation. Personne ne lui avait expliqué en quoi consistait l'amour et la vie de couple et ce n'était certainement pas ses connaissances amicales qui auraient pu l'aider. Si on excluait sa relation avec Matilda, Alwin n'avait aucune idée de ce qu'il devait dire ou faire dans une telle situation. Ses idiots de copains lui auraient dit de profiter de la belle brune avant de s'en aller sans se retourner mais Daley ne faisait pas partie de ces garçons qui brisaient le coeur des beautés comme elle. De toute manière, il en aurait été bien incapable tellement il en était amouraché. Cody s'était imposée à lui, comme la lune s'imposait après le coucher du soleil, comme le printemps effaçait l'hiver, comme l'amour effaçait tous les maux de cette planète. Oui, une évidence, voilà ce qu'elle était devenue pour lui. Voilà ce qui attendait Alwin dans ce périple d'un autre temps, il ne s'en remettrait pas. Jamais. Chaque nuit, il rêverait d'elle. Chaque jour, il s'éveillerait avec l'envie de l'avoir à ses côtés, de la serrer contre lui, de la regarder sommeiller comme si elle était la huitième merveille du monde. Pour Alwin, elle était même la première et il était sûr et certain de ne jamais se lasser d'une telle contemplation. Comment le pouvait-il quand il possédait la plus belle des femmes dans son coeur? Il y avait tant de choses difficiles à aimer, à voir et à surmonter mais aimer Cody Lexington ne faisait définitivement pas partie de cette catégorie. C'était simple comme bonjour de tomber amoureux d'une fille comme elle parce qu'elle était élégante, qu'elle était drôle et naturelle, qu'elle ne se laissait démonter par personne d'autre qu'elle même. Cody avait tellement de force en elle qu'Alwin avait envie d'y puiser pour se renouveler lui aussi. Etait-ce une bonne idée? Il n'avait aucune certitude à ce sujet mais c'était ce que l'amour signifiait: tout sacrifier, changer naturellement pour le meilleur et ne plus jamais revenir en arrière. Certes, il était possible d'arrêter d'aimer, de laisser une relation se déliter au fil du temps mais Alwin était plutôt de ceux qui s'accrochaient à un idéal parce qu'il avait un coeur tendre et sensible qui n'aimait qu'une fois tous les millénaires. Alwin était fidèle en amour comme en amitié et pour lui, il était tout à fait envisageable de s'imaginer vivre le restant de ses jours avec une seule et même personne, juste lier sa vie à la sienne pour l'éternité. Ce genre d'engagements ne l'avaient jamais effrayé, peut être parce qu'il était plus romantique que la moyenne des garçons autour de lui mais c'était peut être la meilleure chose du monde... Sa différence, voilà ce qui le rendait désirable aux yeux de la brune, du moins il l'espérait parce que Daley ne voyait pas bien comment il pouvait bien lui plaire autrement. Il n'était pas grand, pas plus musclé que tous les gens qu'il croisait à la salle de sport, il n'avait pas le charisme le plus troublant de l'univers non plus, au contraire, il restait effacé, à se faire le plus petit possible pour ne pas gêner le reste du monde. Cody, elle, avait réussi à le voir au milieu de la foule, à accepter qu'il puisse l'aborder, lui raconter toutes les bêtises qu'il avait en tête sur Matchmaker. Elle avait simplement accepté de l'aimer et c'était bien la première fois qu'Alwin recevait un tel cadeau, il en avait le coeur chamboulé, la tête pleine d'amour, le corps empli d'un désir incommensurable.

Cela non plus, il n'avait pas appris à le gérer, à vrai dire, il n'avait jamais rien ressenti de tel. Tout était plus fort, tout était plus beau, tout était plus incontrôlable. Se donner à Cody, c'était se perdre totalement, obstinément. Alwin n'aurait pas su dire ce qu'ils avaient bien pu faire durant cet instant à deux parce que son cerveau n'était tout bonnement plus branché. Il ne lui restait que son corps, que ce corps connecté à son coeur totalement fou d'elle. Le reste n'avait plus lieu d'être à ce moment précis et Daley ne tenait pas à couper court à la magie de ces précieuses minutes. Bien au contraire, il profitait de chaque seconde, des réactions de Cody contre son corps, de ses gémissements qui résonnaient comme la plus belle des mélodies à ses oreilles, de la manière dont elle prononça son nom quand elle s'envola pour un autre monde. Tout le reste n'était plus que secondaire, Alwin les ignorait royalement. Ses yeux n'étaient concentrés que sur ceux de Cody, que sur ses prunelles brunes qui respiraient autant le bonheur que les siennes à cet instant précis, oui à cet instant béni où leurs deux corps s'habitaient. Il n'y avait pas d'avant ni d'après, ils étaient simplement coincés dans ce monde à part, cet univers d'une rare force parce qu'elle gagnait toutes les batailles. Alwin était perdant dans tous les cas, sa conscience n'existant même plus dès que son bassin s'agitait contre celui de la danseuse. Ils étaient tous les deux perdus dans leurs râles de plaisir, dans ces mouvements instinctifs qui les menaient vers l'accomplissement suprême. Chaque geste était tendre dans le même temps que leur rythme devenait plus incontrôlable. Les caresses sur la peau de l'autre, les baisers qu'ils échangeaient, bien plus doux que ceux qu'ils avaient pu initier avant de se posséder et puis les regards... Oui, ces regards amoureux, ces regards qui rendaient le monde totalement obsolète autour d'eux parce qu'aux yeux du brun, il n'y avait plus que Cody Lexington, que son corps en harmonie avec le sien, que ses lèvres qui volaient le souffle entre les siennes alors qu'il perdait tout contrôle de son corps. Alwin n'était plus rien d'autre que plaisir à ce stade, sa bouche mourant contre l'épaule de la jolie brune alors qu'elle caressait son visage. Il ne put que tourner la tête pour baiser sa paume en attrapant sa douce main quand tout le reste de leur corps respectif n'était plus que vitesse et passion. Daley partit en vrille, laissant échapper sa main vers le bas ventre de sa danseuse, s'oubliant instantanément, laissant la jouissance le porter vers d'autres cieux, la manière dont Cody gémit son nom accentuant le paroxysme de cette bénédiction. Alwin mit un certain temps à redescendre de son nuage, bien incapable de bouger en entourant de ses bras sa jolie brune, ses lèvres toujours collés contre son cou alors qu'il l'enlaçait avec tendresse, vidé de ce moment d'amour intense mais comblé de tout ce qu'ils avaient pu exprimer l'un envers l'autre. "Je veux plus jamais bouger de là, juste te garder dans mes bras pour toujours... Si seulement je le pouvais." Il avait susurré ces quelques mots contre la peau de Cody, totalement perdu dans son univers bienheureux, caressant son dos du bout des doigts, comme pour vérifier qu'elle était bel et bien réelle. Alors, il releva des yeux brillants vers son doux visage et il sourit le plus simplement du monde, amoureux transi de ses traits si uniques. "Comment veux-tu que j'devienne pas totalement fou de toi quand tu m'fais vivre des trucs pareils, Cody?" Son sourire ne s'effaça pas à ce moment là, même s'il devait se séparer de sa brune quelques instants, le temps de se débarrasser de leur protection, s'allongeant ensuite sur le lit, reprenant encore son souffle de tant d'émotions. De tant d'amour en la regardant encore et encore. Il ne s'en lassait pas le moins du monde.
by kkam

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« membre + be young and in love. »

pseudo : strangelove.
arrivé(e) le : 18/07/2017
Messages : 7621
avatar : zendaya coleman
crédits : morrigan (avatar)
Points : 0
âge du perso : vingt deux ans.
MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\) Ven 8 Sep - 16:27



❝a date : entertainment, food and affection.❞
alwin & cody
C’était la promesse d’un avenir meilleur. D’une vie plus belle parce qu’il était là. Parce qu’il rendait les choses plus simples. Tu avais longtemps imaginé que l’amour était ce qu’il y avait de plus difficile au monde. Que c’était une montagne à escalader et que tu étais incapable de le faire. Tu étais longtemps rester au pied de la montagne. Tu ne l’avais même pas observée une seule seconde dans l’idée de pouvoir la gravir un jour. Non. Pourquoi perdre du temps à se donner un défi que tu ne souhaitais pas relever ? De toute façon, l’amour avait fini par te tomber dessus au moment où tu t’y attendais le moins. Tu avais été la première surprise de ce qui se passait avec ton brun. Il était entré dans ta vie sans prendre la peine de sonner à la porte. Il était entré dans ton coeur, comme ça. D’un coup. Tu te sentais capable de surmonter tous les obstacles. Tu te sentais pousser des ailes. Peut être que c’était comme ça qu’il fallait gravir la montagne. Il fallait s’envoler jusqu’à son sommet. Tu atteignais ce point où la montagne se mêlait au ciel, tu pouvais toucher les étoiles. Tu les touchaient chaque fois que tes lèvres rencontraient celles d’Alwin. La suite de l’histoire, tu ne pouvais pas la prévoir. Tu ne savais pas ce qui se passait après un second rendez-vous. Tu ne savais pas comment se déroulait une histoire d’amour. Être en couple et tout ça, ça ne faisait pas partie de ton vocabulaire. Tu ne l’avais jamais été réellement. Tes seules histoires d’amour avait été des histoires d’adolescente, des histoires qui ne comptaient pas. C’était des histoires pour faire comme les autres, une étiquette que l’on te collait sur le dos pour te dire que tu étais en couple. Mais, tu n’avais jamais rien vécu de ce qu’un couple pouvait vivre. Tes histoires s’étaient chaque fois arrêtées au bout d’une semaine ou deux. Ça n’avait jamais été plus loin que de l’amitié améliorée. Mais avec ton blanchisseur, ce n’était pas ça. C’était beaucoup plus. C’était des sentiments qui te prenaient aux tripes. C’était des sourires et des regards échangés que personne ne pouvait venir interrompre. Il n’y avait que lui dans cet univers. Que lui que tu voyais. Il n’y avait qu’avec lui que tu avais envie d’être. Tu avais envie de passer du temps encore et encore avec lui. Tu ne voulais pas que ce rendez-vous prenne fin un jour. Il pouvait durer toute la vie. Vous pouviez entrer dans le Guinness Book pour le rendez-vous le plus long de l’histoire. Tu ne savais pas ce qui t’attendait après ce soir. Tu ne savais pas ce qu’il se passerait. La seule chose dont tu étais certaine, c’était que tu n’étais pas prête à le faire seule. Tu allais traverser la tempête qu’était la vie avec ton brun à tes côtés. Au moins pour un certain temps. Tu en étais certaine.

La tempête, c’était vous qui étiez en train de la créer ce soir. Un ouragan d’amour. Une déferlante de bonheur que personne ne pouvait contrôler. L’instinct avait pris le contrôle. Ton corps sachant exactement quoi faire et quand le faire. Il n’y avait pas de paroles. Pas de mots en trop qui viendraient gâcher ce moment. Il n’y avait que le bruit de vos respirations saccadées, de ces soupirs de plaisir qui remplissaient la pièce. Il n’y avait rien d’autre que vous et le plaisir intense qui en découlait. Ce désir charnel était comblé à présent. Vous étiez unis, vous ne faisiez plus qu’un. La connexion était totale. Rien ne pouvait venir la rompre. Le monde n’existait plus. Plus rien n’avait d’importance au monde. Tu ne savais plus qui tu étais. Incapable de dire où tu te trouvais. La seule chose qui comptait : lui. Ce moment que tu passais dans ses bras. Tes lèvres qui rencontraient les siennes, tes mains caressant sa peau et vos bassins bougeant dans un rythme qui se voulait de plus en plus rapide. Le feu était toujours présent en vous même si tes gestes étaient bien plus doux. Tes baisers étaient plus tendre alors que le rythme de vos bassin était plus que fou. La passion était en vous, la passion était prête à tout écraser sur son passage. Ton souffle était rapide, ton corps avait pris le contrôle sur tout. Tu avais ce besoin de le toucher encore un peu plus. Le toucher jusqu’à perdre totalement pied. Tu ne pouvais pas t’arrêter. Tu te perdais sur le chemin de la passion, transportée par un orgasme plus puissant que tout ce que tu avais connu. Un ouragan de plaisir. Tu ne gérais plus tes gémissements, son prénom s’échappant de tes lèvres à plusieurs reprises. Alwin, Alwin Alwin. Il n’y avait plus que son prénom qui résonnait dans ton crâne. Ta tête basculant en arrière, tes yeux se fermant quelques secondes. De longues secondes dont tu ne te remettais pas tout de suite. C’était trop. Trop intense, trop tout. Le retour sur terre prenait un certain temps. Tu finissais blottie dans les bras de ton petit-ami, te serrant à lui comme jamais. Te serrant contre lui comme s’il pouvait s’envoler maintenant que vous aviez tous les deux touché le septième ciel. Tu refusais. Tu refusais que tout ça ne soit qu’un bonheur éphémère.  « Ça tombe bien que tu me gardes, je comptais pas quitter tes bras… » Tu souriais, tout simplement heureuse. Un bonheur simple d’un moment partagé à deux. Tu n’avais pas besoin de plus pour te sentir comblée. Il avait juste à être dans la même pièce que toi que le bonheur te gagnait. Si ça ne pouvait pas durer pour toujours, vous aviez au moins toute la nuit. Toute une nuit à partager. Tu n’allais pas quitter ses bras durant tout cet instant, c’était une chose évidente. L’évidence était aussi que la séparation serait difficile. Si vous pouviez la repousser un maximum, prolongeant en passant la journée du lendemain ensemble, elle interviendrait à un moment ou un autre. Tu ne voulais pas y penser pour le moment.  « Aucune idée. » Ton corps retrouvait le sien après qu’il ai retiré la protection. Tu t’allongeais à ses côtés, une main sur son torse que tu caressais du bout des doigts. Tu n’étais définitivement pas prête à mettre le moindre centimètre de distance entre vous. Tes lèvres se posaient sur son épaule où tu déposais un léger baiser.  « Faut peut être pas lutter contre cette folie. J’ai baissé les armes moi en tout cas… » Tu lui murmurais ces quelques mots à l’oreille. Tu étais folle de lui, tu lui avais déjà dit. Et tu tombais un peu plus encore dans la folie après un tel moment.

© Pando

_________________


love drunk ☽comment mettre des mots sur ça ? je déborde d'amour pour toi. aujourd'hui, je n'échangerais ma vie pour rien au monde. tu es ma source de bonheur, ma fontaine de jouvence, mon soleil. tout est allé si vite, une rencontre, un regard, quelques mots, et en un instant tu as bouleversé ma vie. tu as chamboulé mon existence de tes sourires et de ton humour. c'était le début d'une nouvelle vie, le début du rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\)

Revenir en haut Aller en bas

A date: entertainment, food, and affection ¤ Cody (/!\)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the tinder way :: slow down your neighbors :: les rps :: les rps terminés-