AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(tessa + event 1), this is where it starts tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : sweet poison (anaïs).
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 10550
avatar : eliza taylor.
crédits : sweet poison (avatar).
Points : 1745
âge du perso : vingt-sept ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 1:48


We light it up in the darkest hour.
tessa dyer & aodren adkins

C’était pas facile de savoir interpréter ses propres sentiments. Il devait bien admettre, Aodren qu’il était complètement paumé avec ce qu’il avait dans son propre cœur. Il les connaissait pourtant, ses battements vifs et le souffle qui se coupait dès qu’une personne bien particulière entrait dans la pièce. Il avait déjà connu ça et ça l’avait poussé à avoir un enfant et puis ça l’avait conduit au mariage et au divorce. Il connaissait aussi très bien la déception de l’échec, celle qui arrivait en réalisant qu’y avait plus rien à faire pour sauver une histoire d’amour, parce que la flamme était éteinte et que c’était fini maintenant. Il connaissait les hauts et les bas, le bonheur et la déception et ça lui faisait peur. Parce qu’avec Tessa, il n’avait toujours connu que les hauts. Jamais de dispute, jamais de moments où il n’avait pas envie de la voir ou d’impression que quoi qu’il fasse il ne la comprenait pas et elle ne le comprenait pas. Ils avaient toujours été sur la même longueur d’onde. Alors, évidemment, il ne pouvait pas s’empêcher de craindre ce qui pourrait se passer s’il ouvrait son cœur à la blonde. Il lui faisait confiance, évidemment, mais ce n’était même pas une histoire de confiance. Il avait eu confiance en Gina, il l’avait épousée après tout et il savait que Gina, elle n’avait jamais eu la volonté de le faire souffrir comme il avait souffert à cause de leur mariage, sur les dernières années. Alors, c’était difficile, après ce genre de divorce de juste, croire que tout pouvait être aisé quand il était question de sentiments. Il savait à quel point ça pouvait devenir compliqué et il ne voulait surtout pas que les choses deviennent compliquées avec Tessa. Mais est-ce qu’elles ne l’étaient pas déjà, dans un certain sens ? Compliquée à cause d’un silence qui pourrait finir par lui faire plus de bien que de mal ? Il n’en savait rien Aodren et c’était tout le cœur du problème. Il était paumé et il n’avait aucune idée de ce qu’il devait faire.

Il oscillait, entre ce qui semblait raisonnable de faire : éviter de parler pour ne pas risquer de foutre la merde et ce dont il avait vraiment envie : ouvrir son cœur pour l’empêcher de continuer d’être autant compressé contre sa poitrine. Peut-être qu’il en avait déjà trop dit aujourd’hui, à croire qu’y avait un truc dans la bière qui l’avait rendu plus bavard que d’habitude, ou peut-être que c’était juste la preuve qu’à chaque seconde qu’il passait en compagnie de Tessa, il se rapprochait du moment où il ne pourrait plus retenir ses mots. Ils ne savaient même pas à quoi ils ressembleraient ses mots, probablement à un genre de discours décousu et aussi ridicule que lui. Mais il était au bord de l’explosion c’était certain. Les compliments de Tessa, ils n’aidaient pas beaucoup plus à garder la tête froide et à résister aux pulsations trop vives de son cœur. Amiral Snuggles, il aurait presque pu représenter une bonne distraction, un bon moyen de penser à autre chose, aussi longtemps que ça puisse être possible. Mais ce n’était pas assez. Il sentait bien que c’était pas assez pour le retenir. « J’aime ta persévérance. » Encore un truc qu’il aimait chez elle et qu’il avait prononcé à haute voix sans même réfléchir. Elle allait vraiment finir par se dire qu’il avait un excès de gentillesse aujourd’hui, s’il continuait comme ça. Mais c’était pas juste aujourd’hui, tout ça, il le pensait vraiment et ce depuis un certain temps, sans qu’il soit capable de dire avec précision quand avait été le moment où il avait cessé de la voir autrement que comme juste sa meilleure amie. Maintenant, c’était leurs dessins qui rendaient les choses plus compliqués et pourtant, ce n’étaient que des bonhommes, faits de traits plus ou moins droits, comme on pouvait en voir dans les dessins d’enfants. Mais c’était eux, Tessa et Aodren, juste là, dans un coin de la page, ensemble, parce qu’ils étaient mieux à deux, parce qu’ils étaient ‘pas mal’ tous les deux. Puis, maintenant, il son regard dans celui de la blonde et sur ses lèvres et son cœur dans sa poitrine battait trop vite, beaucoup trop vite pour qu’il puisse réfléchir, s’en était probablement fini de sa raison maintenant et sa main contre sa joue en était déjà une belle évidence. La question de la blonde lui fit arqué un sourcil, il se savait pas ce qu’il devait répondre à ça et de toute façon, réfléchir semblait être impossible maintenant. « Non, je crois pas que j’en ai envie, est-ce que c’est mal ? » Qu’il n’ait pas envie de parler à d’autres filles, de les écouter lui faire des compliments, qu’il n’ait pas envie de faire de nouvelles rencontres, est-ce que c’était mal ? Il n’en avait pas besoin. « Je crois pas que j’ai besoin des autres. » C’était ce qu’il ressentait en tout cas, que tant qu’il avait Tessa, il n’avait pas besoin des autres, il n’avait besoin de personne, juste d’elle. « J’veux pas que tu arrêtes de m’embêter avec tes questions. Tu m’embêtes même pas, jamais. » Ses questions, ses dessins, son humour, sa persévérance, ses compliments, sa joie de vivre et même ses propositions qui pourraient être un peu bizarre, il ne voulait pas qu’elle arrête tout ça. Il ne voulait que rien arrêter entre eux deux, jamais.

_________________
in the dead of the night, i'll make it up to you.
Took your heart, took your hand, Promise you all that I have Hoping that you understand I'm far from a perfect man. 'Cause honey it's been a hard year It seemed like we're going nowhere. In our darkest hour, in the dead of the night I'll make it up to you. Your hands in mine I'll make it up to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W./marie.
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 11160
avatar : bob morley, le parfait.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs) + uc (quote).
Points : 383
âge du perso : trente-deux ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 8:54

so many words we're not saying
Tessa et la subtilité, la retenue, l’élégance, ça n’faisait généralement pas bon ménage. Elle, elle se voyait un peu comme la fille qui avait des gestes inconsidérés et pas forcément réfléchis, et qui se retrouvait à faire des signes bizarres de la main à un type qu’elle n’connaissait absolument pas. Elle était celle qui ne réfléchissait généralement pas à ses mots, et fonçait droit dans le tas, quand elle se sentait acculée par les circonstances qui l’entouraient; y’avait probablement un documentaire animalier sur un genre de bestiole comme ça, un petit animal un peu minable qui vivotait, et se cachait sous le sable au moindre signe de danger, pour mieux bondir, souvent droit dans la gueule du loup, quand la pression se faisait trop importante. Peut-être était-ce une espèce de voie de disparition, parce que vraiment conne, avec des réflexes de merde, et un instinct de survie plus proche de la lâcheté que d’une quelconque bravoure. Au bout d’un moment, on n’pouvait plus retenir ce qu’on avait sur le coeur; la blonde était d’avis de dire les choses, elle prétendait aimer l’honnêteté et le courage, surtout quand ces qualités venaient des autres - chez elle, c’était plus compliqué qu’il n’y paraissait. Elle avait peur, maintenant que le temps se suspendait entre Aodren et elle, maintenant qu’elle se sentait si proche, siiii proche de faire une connerie qu’elle n’pourrait pas effacer d’un claquement de doigts, si ça devait tout ruiner: pourtant, ce serait bien pratique comme super-pouvoir, la capacité de ‘tester’ la vie, pour savoir ce qu’il était préférable de faire. Se taire, rester sous le sable, ou ouvrir sa bouche, bondir toutes pattes dehors pour mieux se ramasser comme une pauvre petite chose lamentable, comme ça, en public, au beau milieu de la Gay Pride? Elle n’pouvait même pas se dire par orgueil, qu’au pire, elle irait voir la nana au maquillage, ou celle aux cheveux de toutes les couleurs; elle n’aurait certainement pas le coeur à ça, et Tessa, l’orgueil, c’n’était pas un sentiment dont elle avait particulièrement besoin, tant elle galérait souvent, à déjà apprécier tout court les décisions qu’elle prenait pour elle-même. Elle n’pouvait, de toute manière, même pas dire qu’elle lui en voudrait tout particulièrement, à Aodren; quel serait son crime, si ce n’est celui de n’pas avoir les mêmes sentiments pour elle que ceux qu’elle, elle ‘pensait’ avoir pour lui? Parce qu’évidemment, encore aujourd’hui, moins elle faisait le clair sur ce qui tournait au fond de ses entrailles, moins elle n’avait besoin de s’inquiéter, de stresser, ou de s’construire dans son esprit, des scénarios tous plus divers et variés les uns que les autres. Alors elle n’savait pas, comment elle appellerait ce qui la hantait toute entière, des pieds à la tête comme un genre de frisson doucereux, quand elle était avec lui - elle pourrait presque en ronronner d’aise, s’endormir dans ses bras, sans doute qu’elle l’avait déjà souvent fait; elle pourrait presque croire que rien n’pourrait la blesser, ici et maintenant. Voilà que malgré ses efforts à n’pas nommer ce qui faisait pulser si vite son coeur contre son poitrail, la blonde se retrouvait quand même à observer son vis à vis avec de grands yeux, emprunts de fragilité, de douceur, d’un peut-être ‘c’est pas grave’ en prévision de ce qu’il allait pouvoir dire ou faire, qui n’serait évidemment pas ce qu’elle attendait, parce qu’Aodren, il n’pouvait pas savoir c’qu’elle attendait, et il en était sans doute à des années lumières. Le pauvre, il n’pouvait pas s’imaginer que sa meilleure amie depuis des années, le lien le plus évident qu’il ait eu depuis près de dix ans maintenant, s’réveille soudainement avec des sentiments plein le coeur, comme si elle le voyait pour la première fois après tout ce temps; quel paradoxe, elle l’avait vu marié, père de famille, elle l’avait côtoyé sans l’ombre d’un problème à cette époque-là - elle avait eu ses propres histoires.

Peut-être avait-il fallu qu’elle arrive à maturation, Tessa, pour tout voir comme il fallait - peut-être était-ce au moins une question de timing un tant soit peu décent. Ça faisait trois ans, quand même, que le brun était officiellement ‘célibataire’ - alors? Alors quoi? Tessa, elle était peut-être longue à la détente. Elle était longue à jeter un coup d’oeil en arrière, sur le temps qui passait, et l’aise qui s’installait au fur et à mesure; et un beau jour, elle se réveillait, avec des attentes complètement fantaisistes, ses propres pensées bien ancrées dans sa tête, sous forme de non-mots qu’elle n’saurait exprimer à haute voix. Et elle attendait des autres, à ce qu’ils rentrent parfaitement dans la petite case des espoirs qu’elle avait. Ou peut-être que c’était le cocktail bière et ventre vide qui parlait, elle s’disait, pour au moins s’donner bonne conscience quand elle s’mettait à parler pour dire des conneries plus grosses qu’elle; parce qu’au fond, depuis l’temps que ça tournait en elle comme ça, elle n’s’était jamais retrouvée à foncer droit dans le tas, tête baissée, crâne devant pour bien s’prendre une lourde fracture sur le coin de la gueule. Déjà, probablement que l’arc que prit le sourcil du jeune homme aurait dû être une indication; se mordillant la lèvre, la blonde fut tentée d’ajouter quelque-chose, s’mettre à rire et lui dire que c’était une blague, ou lui dire de n’pas prendre ses paroles si sérieusement, alors même qu’elles avaient été chargées de toute la sincérité, de toute l’envie de son petit coeur battant au creux de sa gorge, juste là, dans sa trachée. Peut-être avait-elle tourné autour du pot, comme une idiote - sans doute, même; une évidence qui vint faire monter un rose de gêne sur ses joues, à la Dyer, alors qu’elle n’se souvenait même plus des mots qu’elle avait balbutiés, dans un certain ordre pas forcément net et précis. Il aimait sa persévérance qu’il avait dit, Aodren, mais Tessa n’savait pas vraiment si elle en avait des masses; elle avait la persévérance aisée de la fille têtue qui voulait obtenir les petites choses dont elle avait envie, comme un stupide nom pour un chat. Mais le reste, wow, le reste, c’était une autre histoire; là, elle se sentait être, entre les bras du jeune homme, une vraie lavette, comme une bouée qui se dégonflait avec les secondes. Elle se dégonflait pour sûr, les yeux grands ouverts à ingurgiter les paroles du brun, avant qu’ils ne se baissent, fuient vers la ligne d’horizon réconfortante: peut-être qu’avec la chaleur, son cerveau s’était barré par ses oreilles, dégoulinant au fur et à mesure, parce qu’elle fut aussi incapable de comprendre c’qu’il disait, Aodren. « Alors tu dis que genre-... que c’est comme ça parce que tu l’veux? Que, ça t’convient? » et était-il censé savoir qu’elle parlait d’eux deux surtout, avant de parler des ‘autres’ sur MatchMaker ou n’importe où ailleurs? Était-il censé savoir qu’elle ‘tâtait le terrain’ comme une idiote, au bord d’un ravin dans lequel elle était prête à complètement tomber, disparaître pour de bon, et s’écraser dans une crevasse où elle serait oubliée? « J’suis désolée c’est... bidon, j’sais pas pourquoi j’ai commencé à dire tout ça. C’est juste que si cette situation c’est c’que tu veux alors... j’ai pas besoin de m’inquiéter. » ou alors, si elle disait les vrais mots, elle dirait sans doute que si tout ça, c’était ce qu’il voulait, alors elle n’irait pas cherché plus loin, elle arrêterait de s’inquiéter pour eux, avant de s’inquiéter sur les autres nanas de New York qu’Aodren ne courtisait même pas. Et peut-être qu’au moins, elle pourrait s’escrimer dès maintenant, à passer à autre chose. « J’serais quand même une mauvaise meilleure amie/coloc si j’m’assurais pas de ta santé mentale et sexuelle. » quelle idiote - c’était sans doute alors parce qu’elle était une trop bonne meilleure amie/coloc qu’elle était dans cette situation, Tessa, à lâcher des sourires qu’elle essayait de faire naturel, arquant un sourcil pour le taquiner, revenir sur les chemins bien familiers de leur relation habituelle.

_________________


soulmates aren't rare

north stars though, they are. by chance, you'll meet someone who encompasses the way home; someone who is home. and you'll love them as they are because they are yours, they exist beneath your skin in your veins, in your bones. (@tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : sweet poison (anaïs).
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 10550
avatar : eliza taylor.
crédits : sweet poison (avatar).
Points : 1745
âge du perso : vingt-sept ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 12:10


We light it up in the darkest hour.
tessa dyer & aodren adkins

Il n’avait vraiment pas l’impression d’avoir toujours trouvé ça compliqué les sentiments. Il n’avait jamais été particulièrement discret comme garçon. Le genre de gars timide qui n’osait pas parler aux filles et qui devenait nerveux rien qu’à l’idée d’en côtoyer une. C’était des choses qu’il avait plutôt bien gérées jusqu’à présent. Il était plutôt ouvert comme type et c’était probablement ce qui lui avait permis de rencontrer Tessa dans un premier temps, parce qu’il était allé à cette soirée et qu’il n’avait pas hésité à lui parler, sans avoir la moindre arrière-pensée. Il n’était pas allé vers elle pour la draguer ou quoi que ce soit, il avait juste eu envie de lui parler, parce que c’était comme ça qu’on rencontrait du monde. Il n’avait jamais eu de mal à lui parler à Tessa, même dès le premier soir où il l’avait rencontrée, qu’elle n’avait rien su de lui et qu’il n’avait rien su d’elle, alors pourquoi fallait que ce soit devenu si compliqué après tant d’années ? Pourquoi est-ce que maintenant, il se retrouvait comme un con, avec ses sentiments au fond du cœur et une incapacité à les exprimer ? Il n’aimait pas ça évidemment, il avait l’impression d’être un imbécile et que d’une façon ou d’une autre, il allait quand même finir par la perdre Tessa, alors à quoi ça servait de ne rien dire ? S’il restait comme ça, il finirait par la voir partir avec quelqu’un d’autre et quand elle aurait bien construit sa vie avec cette personne, lui, il serait définitivement sur le banc de touche. S’il disait quelque chose, y avait des chances pour qu’elle l’envoie balader, que ça foute en l’air leur amitié et au final, ce serait peut-être mieux comme ça que d’être obligé d’être spectateur du bonheur de Tessa avec quelqu’un d’autre que lui. Y avait beau n’avoir personne, il ressentait envers cet hypothétique petit-ami ou petite-amie une jalousie incontrôlable, alors, si un jour il devait se retrouver là, à prétendre supporter le bonheur de la blonde, comme un bon meilleur ami, il crèverait probablement à petit feu.

Pourquoi est-ce qu’il ne pourrait pas être celui avec lequel elle serait heureuse ? Celui avec qui elle pourrait se marier un jour et avoir des bébés avant ses trente-cinq ans pour après être invitée aux soirées tupperwares de ses collègues ? Il pourrait être ce type, après tout, est-ce qu’elle n’avait pas dit qu’il faisait partie des un pour cent de mec bien de cette planète, selon les critères de la blonde ? Tessa, elle devait forcément avoir envie de se mettre avec une personne qu’elle considérait comme quelqu’un de bien, alors ça pouvait peut-être vouloir dire que c’était pas complètement impossible entre eux deux. Plus les minutes passaient, plus il était là, à se chercher tous les arguments possibles et imaginables pour pouvoir se dire que son cas n’était pas si désespéré que ça. Maintenant, il était là, tout proche d’elle, sa main contre sa joue et elle n’avait même pas chercher à le repousser. Pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas chercher à le repousser, c’était peut-être une proximité qui dépassait celle que pouvaient avoir des amis et c’était probablement trop tendre, comme geste pour ne pas être une entorse au règlement qu’elle avait glissé entre eux, quand elle avait proposé de le consoler de son rencard pourri. « Ouais, ça me convient comme ça. » Elle lui convenait, largement même. Est-ce qu’il devrait dire ça comme ça ? Il ne savait pas, alors il se contentait de répondre à la question, bêtement, sans doute. Non elle n’avait pas besoin de s’inquiéter, tout allait bien pour lui tant qu’il l’avait-elle. Mais, elle était sa meilleure amie. Il n’avait jamais cru que le mot lui donnerait l’impression de se prendre une grosse claque dans la gueule. Peut-être qu’il n’avait pas dit les choses assez clairement pour lui faire comprendre ce qu’il aurait voulu qu’elle comprenne dans ses mots. Ou peut-être qu’elle avait très bien compris et qu’elle lui rappelait qu’elle était sa meilleure amie, sa coloc, pour l’empêcher d’aller plus loin. Alors, la main qu’il avait eu contre sa joue, il la laissa retomber contre son épaule, probablement qu’elles étaient de trop, les caresses contre sa joue, puisqu’elle était sa meilleure amie. « Nan, nan, t’inquiètes pas, je vais bien. » En principe, il allait bien ouais, après, l’impression de se faire ‘friendzonner’ ça faisait mal quand même, mais ça passerait, faudrait bien que ça passe à un moment ou à un autre. « J’ai faim. T’as faim ? Je vais aller me chercher un truc à manger, je te ramène quelque chose ? » Il avait besoin de s’éloigner, trente seconde et aller chercher de la bouffe, ça l’occuperait peut-être assez longtemps pour qu’il arrive à se calmer, alors même que maintenant il se sentait vraiment frustré. Il avait pas été très loin de lui dire haut et fort ce qu’il ressentait pour elle et c’était un cuisant échec. Au moins, c’était pas un râteau en bonne et due forme, c’était déjà ça, sans doute.

_________________
in the dead of the night, i'll make it up to you.
Took your heart, took your hand, Promise you all that I have Hoping that you understand I'm far from a perfect man. 'Cause honey it's been a hard year It seemed like we're going nowhere. In our darkest hour, in the dead of the night I'll make it up to you. Your hands in mine I'll make it up to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W./marie.
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 11160
avatar : bob morley, le parfait.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs) + uc (quote).
Points : 383
âge du perso : trente-deux ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 20:16

so many words we're not saying
Petite fille ou jeune adolescente, Tessa n’se souvenait pas d’avoir déjà ramé en amour - du genre, vraiment ramé. Du genre à marcher comme sur des coquilles d’oeufs, qui pourraient à tout moment se briser en mille morceaux, et la faire s’ramasser comme une parfaite idiote. Parler avec Aodren, des mots si évidents juste au bord des lèvres, c’était comme se rapprocher d’une flamme qui brûlait de mille feux: à la fois, c’était joli, chaud et tentant - mais à trop s’y aventurer, elle allait s’y brûler. Et pour le coup, elle voulait bien croire que la morsure de la peine ferait plus mal que si elle était juste là, avec une grosse cloque à surveiller pendant des semaines et des semaines. C’était d’Aodren dont il était question; et elle n’pouvait pas le perdre, elle n’pouvait même pas, techniquement, se permettre de compliquer leur relation d’une quelconque façon. Ils avaient été amis, puis meilleurs amis, colocataires et juste ça, platoniquement évidents, pendant des années, alors c’n’était pas à elle de soudainement s’dire que peut-être, il y avait autre chose dans l’affection qu’ils avaient l’un pour l’autre, dans les regards ou les attentions qu’ils s’offraient l’un à l’autre. Elle en arrivait presque à avoir sa propre vision de la caresse du brun, égarée du bout des doigts sur sa joue; c’n’était pas la première fois en quelques paquets de minutes qu’il faisait ça - et qu’est-ce qu’elle était censée faire d’un tel geste, Tessa?! Probablement que dans la tête de son vis à vis, c’était évident; c’était juste une caresse, juste de la tendresse comme ils en avaient déjà connu plein - sûrement même, qu’il n’se doutait même pas qu’il était ami avec une parfaite idiote qui commençait à se faire des films. Des images qu’elle mettait en papier parfois, dans ce même bloc qu’elle avait avec elle; des images qui la poursuivaient toute la journée durant, ou même pendant la nuit, parfois. Pauvre Aodren, qui n’avait même pas conscience du ‘danger’ qui rôdait autour de lui, sous le couvert des sourires, des expressions amicales et des airs complices. Tessa, finalement, elle était meilleure actrice qu’elle ne l’imaginait; c’était une nécessité, là, parce que si elle se mettait à faire tomber les masques, à laisser les apparences se craqueler, alors ce serait la porte grande ouverte pour une réalité qu’ils n’étaient tous les deux pas prêts à affronter. Parce qu’Aodren, il n’savait rien de ce qu’elle avait dans le coeur. Et parce que Tessa elle-même, même si elle devait soudainement s’mettre à secouer les bras pour lui dire ‘j’suis làààà moi’, elle n’saurait même pas quoi ajouter à ça. Elle était là, elle... l’appréciait, Aodren; elle n’savait pas jusqu’où, elle n’savait pas depuis quand, elle n’savait même pas pourquoi. Elle savait juste que... pourquoi pas. Pourquoi pas, et non pas parce qu’il était le seul là, le seul qui acceptait ses propositions salaces et qui se préoccupait un tant soit peu d’elle. Même si c’était la vérité, c’n’était pas pour ça que c’était ‘pourquoi pas’; c’était à cause d’elle, à cause de lui, à cause d’eux deux. Parce qu’ils n’étaient ‘pas si mal’ en duo, l’un à côté de l’autre, parce que ‘quel duo ils faisaient’, à la maison, avec les chatons, quand ils se faisaient un petit repas rien que tous les deux, quand ils regardaient un film. Et même pour le sexe. ‘Pourquoi pas’ disait son coeur, quand bien même il n’manquait plus rien entre l’Adkins et elle; ils n’étaient pas un couple, mais, hein, pouvaient-ils prétendre juste vivre ensemble? Elle n’savait plus, elle n’savait pas ce qu’elle était pour lui, elle n’savait pas s’il avait déjà caressé sa joue comme ça - à fouiller dans sa mémoire, même, elle n’se sentait même pas capable de pouvoir répondre à cette question.

Faute de mieux, elle se retrouva à balbutier quelques paroles bien à elle, le regard fuyant un instant, et désespérément intense la seconde d’après, à la recherche de réponses dans les yeux du jeune homme. Mais, mais, qu’est-ce qu’elle y interprétait? Elle pourrait presque hurler de frustration, parce qu’elle avait l’impression de subir la brusque venue de deux messages bien différents. Ça lui convenait, qu’il disait; avec des grands yeux chargés d’affection - alors, merde, quoi?! Ça lui convenait qu’elle soit la gentille Tessa qui le sortait de temps en temps, l’amenait avec elle, plaisantait avec lui, et lui faisait une pipe à intervalles réguliers quand ça n’allait pas?! Ouais, c’était elle qui avait proposé, et alors? Elle avait l’droit, pour le coup, d’en avoir un pincement au coeur. Mais ça lui convenait, à Aodren - elle n’pouvait pas s’être paumée avec quatre mots uniquement; ‘ouais, ça me convient’, qu’y avait-il à voir au-delà de ça? Il voulait être célibataire, elle était là au pire, et ils s’amusaient bien, ici dans un lieu public avec leurs vêtements sur le dos, ou à l’appartement, quand ils s’effeuillaient. Voilà qu’elle avait à peine tâtonné le terrain, et qu’elle venait déjà d’s’en prendre une de bien méchantes, de brûlure - autant n’pas retenter quoique ce soit. Sa réponse alors, fut la dernière phrase qu’elle eut assez de contenance pour lâcher, feignant un léger ricanement qu’il lui connaissait bien - et probablement que d’ici peu de temps, elle allait devoir trouver un prétexte pour partir de son côté, parce qu’elle n’allait pas pouvoir continuer de déglutir, à retenir sa frustration, sa déception et sa honte, tout dans sa gorge. C’était à peine si elle se sentait pouvoir respirer, c’était à peine si elle se sentait le courage de le regarder, sans que son sourire et son air un tant soit peu assuré, n’se fanent complètement: voilà pourquoi elle n’avait rien dit jusque-là, voilà pourquoi ç’aurait été plus intelligent d’continuer comme ça. La prochaine fois, Tessa, ferme ta gueule, qu’elle se dit, pinçant le coin de sa bouche pour elle-même, ses yeux bleus accrochés à la page de son dessin qu’elle n’avait pas la foi de continuer, maintenant. Quelle conne, elle venait de créer tout un séisme dévastateur entre Aodren et elle, et il ne l’savait même pas, et il n’saurait jamais pourquoi parce qu’elle n’aurait certainement pas la force d’expliquer quoique ce soit, d’exprimer encore plus avant, comment elle était stupide et ridicule. Il serait au moins gentil avec elle, doux pour lui faire comprendre qu’elle avait vu dans leurs gestes et entendu dans leurs mots, des choses qui n’étaient pas là. Mais même de sa tendresse chargée de pitié, elle n’en voulait pas, même si elle avait toujours aimé joué les martyrs, parfois; cette fois, c’était pas le bon moment. Alors quand il offrit d’aller chercher à manger, Tessa s’écarta de ses bras sans poser de question, sans même râler ou lui demander de lui ramener quelque-chose, ce qui aurait nécessairement été son premier réflexe, dans un univers parallèle où elle aurait fermé sa bouche. Là, elle hocha simplement la tête, baissant les yeux sous prétexte de remettre une mèche de ses cheveux derrière son oreille, de regarder ailleurs. « Non... merci. J’ai pas très faim. » elle répondit (alors que merde, elle avait faim), du ton le plus neutre qu’elle réussit à donner, faisant semblant de repartir sur son dessin, pour ne pas avoir à le regarder, priant pour qu’il parte le plus vite possible. Son bloc à dessins sur les genoux, assise en tailleur, concentrée sur les vagues gribouillis qu’elle ajoutait pour donner de la texture aux cheveux du jeune homme, Tessa avait au moins presque l’air crédible, et c’était déjà pas mal.

_________________


soulmates aren't rare

north stars though, they are. by chance, you'll meet someone who encompasses the way home; someone who is home. and you'll love them as they are because they are yours, they exist beneath your skin in your veins, in your bones. (@tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : sweet poison (anaïs).
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 10550
avatar : eliza taylor.
crédits : sweet poison (avatar).
Points : 1745
âge du perso : vingt-sept ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 22:07


We light it up in the darkest hour.
tessa dyer & aodren adkins

Il n’avait pas toujours été si coincé, même quand il avait été adolescent, il avait l’impression qu’il avait été plus à l’aise avec ses sentiments qu’aujourd’hui. Merde, il avait trente-deux ans et il avait l’impression d’être en pleine découverte de l’amour, tout hésitant et mal-à-l’aise quand il parlait avec une fille. Mais c’était Tessa, ce n’était pas n’importe quelle fille. Elle était à part évidemment, parce qu’elle valait mieux que les autres. Elle était unique, il l’avait dit un peu plus tôt, y en avait pas deux des comme elle, elle suffisait à son monde à lui, il n’avait besoin de personne d’autre. C’était ce qu’il ressentait quand il était question de Tessa et il avait peur de ses sentiments comme un pauvre débile qui n’assumait rien. Est-ce que ça allait vraiment tout foutre en l’air entre eux ? Au pire s’il disait les choses avec un peu plus de clarté, peut-être qu’elle se moquerait juste un peu de lui, gentiment et ils passeraient à autre chose. Peut-être que ce serait pas la fin de leur histoire. Peut-être qu’ils pouvaient largement survivre à ça, ils étaient amis depuis tellement d’années, qu’y avait pas de raison pour que ça, ça suffise à les séparer. Il n’en savait rien Aodren et ça l’angoissait plus qu’il ne le voudrait. Il avait l’impression d’être vraiment paumé dans cette histoire et de ne plus savoir quoi faire. Il ne savait même plus ce qu’il racontait parfois, alors il se perdait dans des paroles niaises dans des gestes tendres et après coup seulement, il se demandait si Tessa n’allait pas le prendre pour un fou à se mettre à agir comme ça. Aujourd’hui, alors qu’ils étaient là, tous les deux tranquillement installés en plein cœur de Central Park, il avait l’impression d’avoir encore plus de mal à se contrôler que d’habitude. C’était peut-être l’ambiance qui voulait ça, c’était un genre d’hymne à l’amour tout ça après tout. Ou peut-être que c’était juste lui qui ne pouvait plus tout garder pour lui, comme si les sentiments, ils commençaient à déborder et qu’il ne pouvait pas les retenir.

C’était bien pour ça qu’il avait caressé la joue de Tessa avec tendresse. C’était pour ça qu’il faisait des compliments qui donnaient l’impression qu’il était gentil aujourd’hui. Mais il ne savait pas ce qui avait bien pu se passer entre ses mots et ceux de Tessa, mais d’un coup, y avait comme un malaise qu’il avait préférait fuir en allant chercher à manger. Il s’était levé, il s’était éloigné bien rapidement. Et Tessa, elle disait qu’elle n’avait pas faim. Ça semblait être un problème en soi, Tessa, elle avait toujours faim, elle n’aurait jamais refusé quelque chose à manger d’habitude. Qu’est-ce qu’il avait dit ? Qu’est-ce qu’il avait mal fait ? Est-ce qu’elle lui en voulait pour ce qu’il avait ? Est-ce qu’il avait mal compris ses questions ? Merde, il était complètement paumé maintenant, encore plus que quelques minutes plus tôt. Il aurait voulu pouvoir rembobiner ces derniers instants pour les faire autrement. Il ne savait plus rien maintenant et dans le fond, il n’avait même pas faim. Il s’aperçu un peu tard que de toute façon, il n’avait même pas pris son portefeuille. La logique aurait voulu qu’il revienne directement le chercher, mais il restait un moment, planté comme un con à se poser plein de questions auxquelles il n’avait pas de réponse. Pourquoi les choses ne pouvaient pas être juste claires ? Ils étaient adultes, majeurs et vaccinés, ils pouvaient quand même se dire les choses clairement. Pourquoi est-ce qu’il ne l’avait pas embrassée ? Ça au moins, ça aurait été clair, net et précis et peut-être qu’il se serait pris une claque dans la gueule mais ça aussi au moins, ça aurait eu le mérite d’être clair. Ça l’aurait pas laissé avec encore plus de questions qu’il n’en avait eu avant qu’ils ne quittent leur appartement pour venir se poser en plein milieu de Central Park. Il ne pouvait pas laisser les choses comme ça. Ça avait déjà été difficile à gérer avant, maintenant, il avait l’impression d’être au bord de la noyade. Qu’est-ce qu’il avait à perdre de toute façon ? Tessa ? Elle était sa meilleure amie, il ne pouvait pas la perdre juste parce qu’ils étaient en désaccord sur leurs sentiments. Pourquoi est-ce qu’ils seraient forcément en désaccord ? Pourquoi est-ce qu’il fallait qu’il imagine toujours le pire ? Il ne pouvait quand même pas être indéfiniment le type le plus poisseux du monde, fallait bien que la roue tourne à un moment, alors pourquoi pas aujourd’hui ? Tessa elle lui avait fait plein de compliments et il avait dit qu’elle l’avait aidé à regarder sa confiance en lui, alors peut-être qu’il était temps qu’elle lui serve à quelque chose cette confiance en lui, qu’il arrête de voir tout en noir, qu’il tente sa chance et après il verrait bien. C’était pas comme ça qu’ils faisaient les autres ? C’était pas comme ça qu’il avait fait avec Gina ? Qu’est-ce qu’il en avait su, au début, qu’elle l’aimait bien elle aussi ? Il n’avait pas su, il avait juste tenté sa chance et il avait fini par l’épouser. Zut. Il ne savait pas depuis combien de temps il était parti, quand enfin il retourna jusqu’à la couverture où il avait abandonné Tessa. « J’ai oublié mon portefeuille. » Qu’il lâcha comme si ça justifiait qu’il revienne comme ça. Mais, au lieu de se contenter de fouiller dans ses affaires pour le récupérer, il s’assit en face de Tessa, avant de retirer ses fameuses lunettes qu’il avait mises sur son nez quelques minutes plus tôt pour les balancer plus loin sur la couverture. Il en fit de même avec le carnet dans lequel elle était en train de dessiner, le refermant sans lui demander son avis, pour le reposer un peu plus loin. Peut-être qu’il avait vraiment un soudain excès de confiance en lui, qu’il allait finir par regretter. Tant pis. Il déposa sa main contre la joue de la blonde, avant de venir l’embrasser, enfin. Il aurait dû le faire plus tôt, avant qu’ils ne se perdent en paroles confuses qu’il ne savait même plus comment interpréter. Là, au moins, y avait rien à interpréter. Il l’embrassait et ce baiser, ce fut probablement les quelques secondes les plus belles de sa vie depuis ce qui semblait être une éternité. Mais, une fois qu’il recula pour lâcher les lèvres de la blonde, la confiance en lui s’était évaporée et il était en train de se demander ce qu’il venait de faire. Si elle ne l’avait pas pris pour un cinglé avant, c’était probablement chose faite maintenant. « Désolé, je sais que t’avais dit pas de baiser. Je voulais pas … » Il voulait pas quoi ? Il voulait pas l’embrasser ? Ce serait le pire mensonge du monde. Il soupira légèrement, regard ailleurs pendant quelques secondes, avant de revenir plonger son regard dans le sien. « Non, en fait, je suis pas désolé, c’est exactement ce que je voulais. » Alors maintenant, si elle, elle voulait le frapper pour lui faire comprendre que c’était une erreur, qu’elle y aille, elle pouvait le frapper, elle pouvait partir en laissant là comme un abruti, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, il assumait ce qu’il venait et il assumerait tout le reste aussi, peu importait à quoi devait ressemblait la suite de cette histoire.  

_________________
in the dead of the night, i'll make it up to you.
Took your heart, took your hand, Promise you all that I have Hoping that you understand I'm far from a perfect man. 'Cause honey it's been a hard year It seemed like we're going nowhere. In our darkest hour, in the dead of the night I'll make it up to you. Your hands in mine I'll make it up to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W./marie.
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 11160
avatar : bob morley, le parfait.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs) + uc (quote).
Points : 383
âge du perso : trente-deux ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 22:59

so many words we're not saying
Elle n’était pas particulièrement fan des films romantiques, Tessa; souvent, elle en ricanait, parce qu’ils obéissaient tous aux mêmes clichés si évidents, qu’ils en devenaient lassants. D’autres fois, elle les trouvait terriblement bizarres, le genre de films qui racontaient l’histoire de deux personnes qui se connaissaient depuis quelques jours à peine, et qui vivaient le grand amour pour toujours, comme ça, dès la fin du film, comme s’il y avait une recette magique, une façon idéale d’exploser et de livrer tous ses sentiments, pour que ça marche. Au fond, qui était-elle Tessa, pour dire qu’on n’pouvait pas savoir, au bout de quelques jours uniquement, qu’une telle personne était ‘la bonne’? Elle n’était certainement pas une référence en amour, une grande experte dans le domaine et quelqu’un qui avait une expérience particulièrement prolifique. Ses histoires avaient été on ne peut plus classiques, faites de bons moments, et puis de tournures dramatiques qu’elle n’avait pas vu venir; souvent, quand elle s’était faite larguer, la blonde n’avait pas saisi le moindre indice à tout ce qui allait mal, et elle s’était alors bouffée une avalanche de reproches et de ‘raisons’ pour justifier un tel drame romantique. Mais non, elle n’pouvait pas croire elle, qu’elle avait un jour levé les yeux dans la rue pour que son attention tombe sur une personne en particulier qui comme ça, rien qu’avec sa gueule, rien qu’avec son allure, aurait été, pour sûr l’homme ou la femme de sa vie. Elle n’avait pas non plus connu, ce genre d’histoire d’amour et de haine, qui était si souvent représentée dans les films d’amour: comme si c’était drôle ou romantique, de voir deux personnes se rabaisser l’une l’autre, et puis soudainement tomber amoureux autour d’un truc en particulier, ou parce que le mec avait à un moment donné maté la fille en train de se changer, ou inversement. Y avait-il déjà eu des histoires d’amour, sur deux meilleurs amis comme Aodren et elle, qui tombaient amoureux comme ça, avec des années de retard comme deux cons, et n’savaient pas alors quoi faire des rôles si profondément ancrés dans leur relation, qu’ils avaient toujours eus l’un pour l’autre? Aodren, elle s’disait qu’elle le connaissait en tant que meilleur ami - qu’est-ce qu’il était en petit ami? Qu’est-ce qu’elle, elle était, en petite-amie? Est-ce qu’ils allaient se disputer à cause de sa façon de couper le basilic dans la salade de tomates, ou est-c’que ça allait être comme avant? Et si c’était comme avant, en quoi seraient-ils ‘plus’, alors? En quoi seraient-ils un couple? Et si du jour au lendemain, ça se finissait? Et pourquoi ça se finirait, quand elle s’disait la blonde, qu’elle connaissait tout de l’Adkins, qu’elle savait qu’il n’était pas l’genre d’homme qui mentait à une femme, trompait celle-ci, ou papillonnait de drague en drague pour rendre sa copine jalouse ou attirer l’attention sur lui? Et si c’était pour de bon, définitif, évident pour le restant de leurs jours? Elle avait pensé à ça avec ses autres histoires, et ça lui avait toujours foutu une trouille bleue, à Tessa; généralement, dans ces moments-là, elle s’était réfugiée vers Aodren lui-même - pour lui, le ‘pour toujours’ n’avait probablement jamais été aussi terrifiant, puisqu’il s’y était bien vite engagé avec Gina. Parce que ouais, y’avait Gina évidemment. Pour toujours. Alors quoi? Y avait-il encore une place pour elle dans le coeur du brun? C’n’était pas comme s’ils s’étaient séparés en se haïssant, pour des raisons qui avaient à voir avec leur couple tout simplement, un désaccord sur le basilic dans la salade de tomates ou parce qu’Aodren ou Gina étaient allés voir ailleurs. Non, ç’avait été à cause de la vie, à cause d’un drame qu’ils n’avaient pas pu contrôler, et qui leur avait brisé le coeur; un lien indéniable qu’ils partageaient, partageraient toujours. Et si? Et si...? Y’avait bien une raison pour que le célibat lui ‘convienne’ à Aodren, que ce soit, même trois ans plus tard, quelque-chose à quoi il se raccrochait, malgré toutes les chances qu’il avait pu avoir - malgré même le fait que Tessa elle-même soit là, juste sous son nez, en sa compagnie, tous les jours ou presque, depuis trois ans.

Au bout d’un moment, même Tessa elle-même elle n’pouvait pas se faire d’illusions. Au bout d’un moment, quand elle posait la question, et que les réponses du jeune homme étaient claires, qu’y avait-il à essayer de chercher, ou marchander avec le ‘Destin’, les ‘peut-être’ et les ‘un jour’? Elle devait s’reprendre. Ouais, s’reprendre, de préférence avant que son meilleur ami ne revienne sur la couverture, comme si de rien n’était; parce que quoiqu’il en soit, quelles que soient les complications de fille niaise, emprisonnées dans le coeur de la blonde, elle n’voulait pas le perdre. Elle n’voulait pas qu’il plie bagages et se trouve subitement un appartement qu’il n’avait jamais cherché, juste pour fuir à toutes jambes, la colocataire chiante qui s’était faite plein d’idées avec ses petites attentions si anodines. Même s’il devait un jour retourner auprès de Gina, comme un rappel de ses vrais sentiments, même s’il devait trouver quelqu’un d’autre, même si un jour il devait se réveiller et s’dire que ça ‘ne lui convenait plus’ tout ça, elle n’voulait pas le perdre. Jamais. Alors à défaut, elle essayait au moins de n’pas être égoïste sur ça; seule sur la couverture, Tessa aurait pu, pour se donner contenance, chercher à nouveau la fille au maquillage et lui donner son numéro, enfin. Mais ç’aurait été pour toutes les mauvaises raisons, alors qu’elle était au fond du trou, et qu’elle avait bien creusé, et qu’un connard de Destin venait de lui balancer une couche de merde sur la gueule; la fille au maquillage découvrirait bien assez vite la supercherie d’une Tessa qui n’était pas aussi pimpante et joyeuse et spontanée et simple qu’elle paraissait l’être, au premier abord. Au lieu de ça, alors, elle continua de gribouiller plus que de dessiner - heureusement, elle avait les techniques tellement incrustées dans ses doigts qu’elle ne gâcha rien du dessin qu’elle avait fait jusque-là, même avec ses gestes nerveux, ses tracés trop appuyés du crayon, et ainsi de suite. Tout pour n’pas relever le nez; ni pour chercher Aodren, ni pour chercher qui que ce soit d’autre. Là maintenant, à part avec une grosse impulsion de désespoir, elle n’était pas intéressée, par qui que ce soit; elle n’pouvait pas être intéressée, et de toute manière, la blonde était persuadée que même si elle ouvrait la bouche, aucun son n’sortirait d’entre ses lippes, tant le souffle lui manquait. Et même alors qu’elle était seule depuis de longues secondes maintenant, son coeur battait à toute vitesse; et même si elle était seule depuis d’encore plus longues secondes à chaque souffle qu’elle se forçait à prendre, la Dyer sentait la frustration mettre ses nerfs en pelote. Et dans le brouhaha de sa tête, et avec tous les efforts qu’elle faisait pour n’pas se lever et partir, même sans Aodren, Tessa ne le vit même pas revenir; elle en sursauta presque quand des pieds et des jambes entrèrent dans son champ de vision. Mais c’était Aodren - ouais, heureusement que c’était lui; ou pas, lui ou un autre type qui serait venu lui parler, même juste pour lui demander une clope ou l’heure, ç’aurait été trop. C’était trop. Tessa ne dit rien sur le portefeuille, elle continua obstinément son dessin - rien de tout ce qu’il avait dit ne méritait le brusque changement d’humeur qui flottait dans l’air; elle le savait, elle savait ouais, que c’était injuste et stupide, et elle acceptait ce rôle, de fille injuste et stupide, qui n’pouvait pas se maîtriser. Alors elle fut encore plus surprise de le voir, dans le coin de son champ de vision, s’asseoir à sa hauteur, puis de le sentir lui prendre son carnet; « Heyyy- fais attention quand même... » se retrouva-t-elle à marmonner, plus pour la forme, et aussi parce qu’il était vraiment précieux, ce carnet à dessins; au moins, c’était quelque-chose à quoi elle pouvait se raccrocher quoiqu’il advienne de sa vie. Mais alors qu’elle râlait mollement, elle se tut d’un coup, quand enfin elle l’observa, captant qu’il avait capté. Ou qu’il avait quelque-chose à dire. Ou qu’ils venaient d’entrer dans un moment sérieux. Et quoi? Tessa fut tentée de juste rester muette, parce que voilà, c’était lui qui s’était assis. Mais elle fut bien vite rattrapée par le devoir, presque, de se justifier - elle allait le faire, persuadée que de longues, looongues secondes étaient déjà passées, pendant lesquelles ils s’étaient regardés dans le blanc des yeux, et elle avait senti Aodren drainer du fond de son coeur, tous les sentiments traitres qu’elle avait presque criés avec sa déception évidente. Mais elle ne put rien dire, son seul souffle aspiré par la bouche du brun qui vint se coller contre la sienne; Tessa avait imaginé de nombreux baisers entre eux - parfois, juste après leurs ‘ébats’ faits à moitié, elle s’était retrouvée lovée contre lui, le souffle court, l’esprit habité par toutes les hormones frivoles et joyeuses des plaisirs qu’il lui avait procurés, et elle s’était laissée tenter. A imaginer, au moins, ses lippes frustrées, se contentant pourtant de juste caresser le contour de sa mâchoire, le creux de son cou, ou même son épaule. Ils n’s’étaient jamais embrassés, non, et elle avait probablement toujours su pourquoi ils n’devraient pas - maintenant elle se savait damnée, le coeur battant à tout rompre, comme si le sang débordait de ses veines comme un fleuve en crue. Le même effet que celui que les films romantiques débiles essayaient de vendre; malheureusement, il dura trop peu de temps ce baiser, parce qu’ils étaient juste humains et qu’ils avaient besoin d’air, comme des cons. Et Tessa eut le regard fuyant, comme une vierge effarouchée, quand elle lui avait fait des propositions bien plus explicites, salaces et même intimes qu’un baiser comme ça. Mais ce baiser, il était intime, intime dans son coeur, ses tripes, comme si sa bouche était la trahison de tout ce qu’elle ressentait; sa lèvre inférieure trembla juste comme ça, comme un frisson qu’elle ravala en serrant les mâchoires. Peut-être devait-elle dire quelque-chose de sérieux, peut-être devait-elle dire quelque-chose tout court. « Alors, j’dois comprendre que t’as pas si faim que ça, ou...? » c’est tout ce qu’elle se retrouva à dire, consciente que c’était con et même hors sujet, et la pire réplique qu’on pouvait avoir après un baiser, en observant enfin l’autre droit dans les yeux. Elle ne put combattre un sourire au moins, de venir courber le coin de sa bouche, alors qu’elle dépliait ses genoux, se rapprochant d’Aodren jusqu’à ce qu’ils soient encore plus face à face, si près, si près qu’ils partageaient le même air - peut-être alors qu’ils n’auraient plus besoin de respirer, après ça. Elle n’savait pas quels mots elle pourrait dire, Tessa, quels mots elle devait dire, ni même quels mots elle voulait dire - elle n’voulait pas parler, ni de l’instant suspendu juste entre eux, ni du futur dans lequel elle était complètement paumée. Un peu comme quand ils finissaient sans leurs vêtements, juste après qu’il l’ait faite jouir, qu’elle l’ait fait jouir, et qu’elle voulait bien qu’y’ait rien à ajouter à ça. Peut-être serait-ce plus brave de parler, mais Tessa elle opta pour l’option d’se pencher vers lui, pour faire autre chose qu’être la princesse perdue et effrayée par le contact de lèvres inattendues. Elle l’embrassa à son tour, sans effet de surprise cette fois, sans air manquant dans les poumons, pour bien pouvoir le faire durer le plus longtemps possible, le plus intensément possible - à en perdre le nord, entre la caresse de leurs lippes, le frisson électrique qui glissa au creux de sa nuque, au premier contact de leurs langues, ou quand, à l’aveuglette, ses doigts trouvèrent les cheveux noirs d’Aodren, s’y accrochant, comme à encore un peu de réel, sinon elle allait perdre la tête pour sûr.

_________________


soulmates aren't rare

north stars though, they are. by chance, you'll meet someone who encompasses the way home; someone who is home. and you'll love them as they are because they are yours, they exist beneath your skin in your veins, in your bones. (@tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : sweet poison (anaïs).
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 10550
avatar : eliza taylor.
crédits : sweet poison (avatar).
Points : 1745
âge du perso : vingt-sept ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Jeu 13 Juil - 23:58


We light it up in the darkest hour.
tessa dyer & aodren adkins

Il ne savait pas trop combien de temps il était resté au beau milieu de la foule, complètement paumé à réfléchir à tout ce qui venait de se passer avec Tessa. Il avait probablement dû passer pour un gros débile, l’esprit ailleurs, au milieu de la foule. Mais il en avait eu besoin de ces quelques minutes pour remettre de l’ordre dans son esprit. Ça faisait un moment qu’il était paumé dès qu’il s’agissait de ses sentiments pour Tessa. Un long moment, qu’il se demandait où est-ce qu’il en était et s’il devait ou non en parler avec la blonde. Est-ce qu’il risquait de la perdre s’il devait lui balancer tout ce qu’il avait sur le cœur ? Il ne pouvait pas la perdre. Au milieu de tous ses doutes, ça c’était une certitude qu’il avait toujours eue, profondément inscrite au fond de lui. Il ne pouvait pas perdre Tessa. Elle était trop importante à sa vie et si elle ne pouvait pas être plus que sa meilleure amie, alors elle ne serait que ça. Mais elle serait toujours là, comme une partie de sa vie dont il ne pourrait jamais se passer. Est-ce qu’il était trop exigeant de vouloir qu’elle soit toujours dans sa vie ? Elle n’avait peut-être pas de chance Tessa, il avait fallu que ça tombe sur elle, mais, au milieu de toutes les personnes qu’il avait déjà perdu Aodren, il ne pouvait pas la perdre elle aussi. Peut-être que c’était aussi un peu de sa faute à Tessa. C’était le prix à payer pour être restée si longtemps à ses côtés, fidèle et présente en toutes circonstances, là où il avait fini par perdre tous les autres ou presque. Elle, elle était toujours restée et voilà que maintenant, il se refusait à la voir partir. Il tenait trop à elle, il avait trop besoin d’elle sans sa vie pour pouvoir imaginer qu’un jour elle n’en fasse plus partie, alors, pendant un moment, il aurait juré qu’il pourrait très bien ravaler ses sentiments pour ne pas risquer de tout gâcher entre eux.

C’était trop dur pourtant. Il en était arrivé à ce point où c’était juste trop dur de tout gardé pour lui. Leur échange un peu bizarre, avant qu’il ne prenne la fuite n’avait rien arrangé. Il n’y pigeait plus rien et il ne pouvait pas juste rester comme ça, complètement perdu à ne plus savoir sur quel pied danser. Il aurait pu revenir vers Tessa et prétendre que rien de tout ça n’était arrivé, ils le faisaient très bien ça au quotidien. Y avait plein de trucs qui se passaient entre eux des derniers temps et dont ils ne parlaient jamais. Ça aurait facilement pu en faire partie. Pourtant, il était revenu vers elle avec la volonté de rendre les choses plus claires. Il avait envie de l’embrasser depuis tellement longtemps qu’y avait plus de raison qu’il s’en empêche. C’était contraire aux soi-disant règles qu’ils avaient dressées entre eux deux et il s’en fichait. Ces règles, elles existaient pour les empêcher de commencer à ressentir des choses l’un pour l’autre. Mais c’était trop tard pour ça de toute façon, il avait des sentiments pour Tessa et il était grand temps qu’il le lui dise clairement, ou qu’il le lui montre en tout cas, puisque c’était comme ça qu’il avait décidé de faire. En l’embrassant. Il avait ignoré ses plaintes à propos de son carnet et il l’avait embrassée et il avait été si agréable ce baiser qu’il aurait voulu qu’il soit plus long, qu’il dure pour toujours. Mais il s’était reculé et maintenant il attendait une réaction de la part de Tessa, n’importe quoi sans doute. Sa réplique pourtant, il eut l’impression de ne pas comprendre ce qu’elle voulait dire comme si elle venait de parler une langue qu’il ne connaissait pas. « Je … oui, non. Quoi ? » Il n’avait pas pu faire mieux que ça, un enchainement de réponse qui n’avaient pas de sens, parce que de toute façon, il n’avait pas compris la question, quand bien même elle avait été toute simple. C’était qu’il ne s’était pas attendu à ce qu’elle l’interroge sur son estomac après ce baiser. Qu’est-ce que ça voulait dire du coup ? Qu’elle lui en voulait pour le baiser ? Qu’elle n’avait pas envie d’en parler ? Est-ce qu’elle ressentait la même chose que lui alors ? Il était toujours paumé à souhait avant qu’elle ne se rapproche de lui. Une proximité qui accéléra les battements de son cœur, à peine remis du baiser qu’ils venaient d’échanger. Elle l’embrassa à son tour, un baiser qu’il accueilli sans se faire prier, évidemment. Ça avait quelque chose de rassurant, si elle l’embrassait en retour, il avait bien le droit de croire que c’était qu’elle en avait envie elle aussi, parce qu’elle ressentait la même chose que lui, il voulait penser comme ça, parce que ça lui faisait un bien fou, comme si on retirait l’étau dans lequel son cœur était prisonnier depuis tellement longtemps. Il avait gardé sa main contre sa joue et l’autre, il l’avait posée dans le bas de son dos, pour pouvoir la serrer contre lui. Qu’elle reste là, juste contre lui, parce qu’il ne voulait pas qu’elle s’en aille, là au beau milieu de Central Park à embrasser Tessa, il se sentait trop bien pour avoir envie que ça s’arrête un jour. Tout était tellement parfait que ça ressemblait presque à un rêve.

_________________
in the dead of the night, i'll make it up to you.
Took your heart, took your hand, Promise you all that I have Hoping that you understand I'm far from a perfect man. 'Cause honey it's been a hard year It seemed like we're going nowhere. In our darkest hour, in the dead of the night I'll make it up to you. Your hands in mine I'll make it up to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W./marie.
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 11160
avatar : bob morley, le parfait.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs) + uc (quote).
Points : 383
âge du perso : trente-deux ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Ven 14 Juil - 7:18

so many words we're not saying
Parler en soit, malgré les apparences et les préjugés qu’on pouvait avoir sur la dynamique et énergique Tessa, ça n’avait jamais particulièrement été une des préférences de la blonde. Elle n’avait jamais aimé quand, dans sa famille, on s’était senti le besoin de se regarder dans le blanc des yeux, dans un genre de ‘réunion familiale’, pour dire des choses qui fâchaient; elle n’avait jamais aimé non plus, quand ses parents la prenaient comme ça, entre leurs quatre yeux, en leur annonçant ‘Tessa, on doit te parler’. Et puis, au bout d’un moment, quand elle avait eu dix-huit ans, et que la vie de toute sa famille avait basculé, ils avaient arrêté de lui parler, comme ça. Ils avaient arrêté d’avoir cette allure imposante et omniprésente dans ses choix de vie, à l’asseoir à une table pour lui demander si ça, ou ça, était vraiment ce qu’elle voulait ou si ceci était vraiment ce qu’elle faisait de sa vie quotidienne. Ils avaient questionné ses choix d’amis, ses choix de petit-ami évidemment, les matières qu’elle avait choisies d’étudier en priorité à l’école, et puis bien sûr, à chaque réception de bulletin, ils n’avaient jamais été loin. Mais quand Mason avait fini en prison, c’était comme s’ils n’avaient plus eu d’autre choix que de ‘subir’ Tessa, comme elle était; leur fille était leur seul enfant restant, et la blonde voyait encore chacune de leurs réactions comme de l’abattement, plutôt que comme de la vraie acceptation. Parler alors, ça faisait un moment qu’elle n’l’avait pas fait, comme ça, sérieusement. Même dans ses relations amoureuses, hein; on le lui avait souvent reproché, à Tessa, d’être là, de vivoter au quotidien, de profiter de l’instant présent, mais de n’jamais ‘parler’ des choses sérieuses. Quoi? Est-ce que les amoureux étaient censés, une fois par semaine, faire le point sur c’qu’ils ressentaient, ce qu’ils reprochaient à l’autre, ce qu’ils voulaient, ce qu’ils pensaient de leur couple? Plus souvent qu’elle ne pourrait l’admettre, Tessa avait jugé tous ces gens d’hypocrites, ceux qui l’accusaient d’être une gamine parce qu’elle n’aimait pas particulièrement blablater sur chaque choix de vie qu’elle faisait. Parler, la dernière fois qu’elle l’avait fait, ç’avait sans doute été avec Aodren, et ça n’avait pas eu l’allure d’une discussion sérieuse; ç’avait été après deux, voire trois de leurs petites séances de ‘consolation’, quand il avait semblé que ça pouvait devenir quelque-chose qui allait se répéter. Il avait bien fallu en parler, pour au moins fixer des limites un tant soit peu claires. Tessa, elle n’avait jamais été très claire dans sa vie, et même les mots qu’ils s’étaient dits à l’époque, elle n’avait probablement été pas sure de pouvoir tous les retenir, et d’pouvoir faire un genre de ‘pacte’, presque dans le sang, pour pouvoir les tenir. Peut-être bien qu’un beau jour, dans la frénésie restant de leurs ‘ébats’, elle n’aurait pas pu résister, bondissant avec appétit sur les lèvres du jeune homme. Peut-être l’aurait-elle même fait sans rien ressentir d’amoureux, romantique, ou stupidement niais pour lui; ouais, il la connaissait assez, l’Adkins, pour savoir qu’elle aurait pu le faire juste par envie, juste par caprice, juste parce qu’elle le pouvait, et parce qu’elle se serait demandée pendant trop longtemps, quel goût avaient les lippes de son meilleur ami. Probablement que ç’aurait été moins ambigu dans ces circonstances-là, que ça n’l’était maintenant, le coeur compressé contre les côtes, alors qu’elle le laissait partir à la recherche de quoi se remplir l’estomac. Elle n’aurait rien eu contre cette échappée non plus, parce que techniquement, boire de la bière seule, sans manger, au beau milieu de la chaleur de l’été à Central Park, c’n’était pas un bon plan pour garder tout son esprit. Peut-être était-ce à cause de ça qu’elle en était là, le palpitant si furieux contre elle, idiote de Tessa, qu’il en était douloureux; et soupirer, secouer la tête pour elle-même, gribouiller de plus belle, rien de tout ça n’aida un tant soit peu.

C’était bien la première fois, sans doute, depuis longtemps, qu’elle ne remarqua pas Aodren revenir vers elle. Qu’elle ne l’attendit même pas. Habituellement, parfois, quand il se cassait comme ça sans crier gare, avec sa chienne pour aller la promener, Tessa ne protestait pas, évidemment, elle s’disait qu’il valait mieux qu’elle ne lui propose pas de l’accompagner, parce qu’il partait aussi vite et aussi déterminé, pour des raisons bien particulières. Mais dès qu’il passait la porte, y’avait eu des soirées où elle n’avait pas pu s’empêcher de vérifier l’heure régulièrement, comptant les minutes, se demandant où il était. Pour les pires soirées, elle avait juste trouvé un prétexte bidon pour le contacter par sms, comme si elle n’avait rien eu de mieux à faire. Mais cette fois avait été très différente; s’il n’était pas parti, elle aurait sans doute suffoqué, et elle aurait dû elle-même prendre la fuite: sûrement qu’elle n’aurait même pas pu trouver de prétexte, ou dire quoique ce soit, elle se serait juste levée pour tracer son chemin comme une imbécile. Sans explication, alors qu’apparemment, les choses avaient été si ‘claires’ entre eux deux. Trop claires. Ou peut-être pas. Elle n’savait plus, dans la mécanique de ses pensées, la Dyer n’eut pas le temps d’y réfléchir bien longtemps, avant d’être rappelée à la réalité, et la peine soudaine que la proximité d’Aodren lui éveilla. Voilà donc ce qu’elle avait tant craint, à chaque fois qu’elle avait eu envie de parler de ses sentiments. Tout ce qu’elle fut capable de faire, c’est vaguement se concentrer sur son carnet à dessins, la seule chose dont elle était sure, à des kilomètres à la ronde. Mais le jeune homme n’l’écouta pas vraiment, non. Et parler alors? Il semblait que ç’aurait dû être l’étape suivante, dès que leurs lèvres durent se relâcher, pour qu’ils aspirent de l’air; Tessa aurait dû dire quelque-chose, répondre, manifester un sentiment quelconque, comme si ç’avait été un rôle qui lui aurait été incombé; à défaut d’avoir été celle qui avait initié le baiser, elle aurait dû être celle qui mettait des mots dessus. Mais s’il la connaissait, il aurait dû s’y attendre, Aodren, à ce qu’elle répondit, avec une assurance sardonique, avec son petit rictus accroché aux lèvres. Rictus qui devint un rire, doucement moqueur à sa réponse à lui. Sans prétention, c’était la première fois depuis longtemps, qu’un homme perdait sa langue, après un premier baiser avec elle. Celui qu’elle lui rendit, alors, il fut au moins office de vague réconfort, comme l’aurait fait une petite tape sur l’épaule, si elle avait eu envie de se contenter de ça. Mais Tessa, elle préféra passer de longues, longues secondes à goûter à l’arôme au creux de la bouche de son meilleur ami; comme ça, ses doigts blancs dégringolant dans ses cheveux noir, jusqu’à sa nuque, alors qu’à ses reins, elle sentit sa main, courbant doucement l’échine pour pouvoir se rapprocher, encore et encore plus de lui. Ils ne parlèrent pas, pas du tout pendant de longues secondes, usant de leurs langues pour d’autres choses que pour des discours inutiles ou trop compliqués. Tessa, de toute manière, elle n’en était pas loin de perdre elle aussi, toute sa capacité à assez penser pour faire des phrases. « J’crois que ton portefeuille est dans mon sac. » est tout ce qu’elle se donna la peine de dire, presque désespérée, ou peut-être provocante, avec un petit sourire, comme si elle le mettait au défi d’en avoir quoique ce soit à faire - ouais, elle se souvenait vaguement lui avoir proposé de le mettre dans son sac pour pas qu’il ne paume ses affaires dans l’herbe, depuis ses poches. Pauvre Aodren, sa meilleure amie saisissait toutes les opportunités pour se prouver à elle-même qu’elle gardait contenance, malgré la tête qui lui tournait, son coeur qui battait vite, trop vite. S’ils devaient parler, ce serait de ça, même si Tessa était la seule un tant soit peu loquace, force était de constater qu’elle n’était pas non plus, plus en contrôle que lui. Pas alors qu’elle venait l’embrasser encore et encore, jamais sustentée de ses lèvres, jamais prête à s’arrêter, comme s’ils avaient bien du temps à rattraper, avec c’genre de baisers.

_________________


soulmates aren't rare

north stars though, they are. by chance, you'll meet someone who encompasses the way home; someone who is home. and you'll love them as they are because they are yours, they exist beneath your skin in your veins, in your bones. (@tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : sweet poison (anaïs).
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 10550
avatar : eliza taylor.
crédits : sweet poison (avatar).
Points : 1745
âge du perso : vingt-sept ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Ven 14 Juil - 12:11


We light it up in the darkest hour.
tessa dyer & aodren adkins

Embrasser Tessa, c’était une chose dont il avait envie depuis un moment maintenant. Depuis quand exactement, il ne saurait pas dire. Y avait eu un moment où ce qu’il ressentait pour la blonde avait dépassé la simple amitié et ce n’était pas parce qu’ils avaient plus ou moins couché ensemble que la nature de ses sentiments pour Tessa avait changée. Ça avait changé bien avant qu’elle lui fasse cette proposition finalement, le sexe ça n’avait fait que lui faire prendre conscience de tout ça et maintenant, il était complètement paumé au beau milieu de ses sentiments. Il n’avait jamais ressenti ça auparavant et jamais il n’avait eu l’impression de ne pas réussir à dire ce qu’il avait à dire. Tessa, elle était différente des autres filles qu’il avait fréquentées jusqu’à présent, c’était Tessa. Finalement, même avec Gina, au tout début de leur relation, quand il lui avait fait part de ce qu’il ressentait pour elle, il n’avait pas eu l’impression que ça puisse avoir autant de sentiments. Evidemment, si la brune avait dû l’envoyer balader à l’époque, il aurait été déçu, sans doute triste aussi, mais il n’aurait pas au passage brisé une longue amitié, parce qu’il ne la connaissait pas depuis si longtemps que ça Gina. Il avait été plus jeune plus insouciant sûrement aussi, alors que là, il avait besoin de beaucoup réfléchir, pour cette histoire avec Tessa et il le faisait en boucle, tout le temps, dès qu’il se retrouvait tout seul en proie à ses propres pensées et il ne trouvait pas de réponse idéale. Un jour, il semblait que c’était mieux de lui parler une bonne fois pour toute et le lendemain, le silence semblait être la meilleure option. Ça faisait des mois sans doute que ça fonctionnait comme ça dans sa tête et qu’au final, il se contentait de ne rien faire du tout, comme s’il attendait d’être parfaitement sûr de lui, un truc qui de toute évidence, ne semblait pas venir.

Il avait essayé aujourd’hui, dans des phrases maladroites, qui n’avaient eu de sens que pour lui. Il avait été là, tout hésitant à dire n’importe quoi comme un imbécile, avant de finalement prendre la fuite pour aller soi-disant chercher à manger. Il en était arrivé à se demander pourquoi il réfléchissait autant, ça devenait pénible à la fin et à part lui coller encore plus de doute et des maux de tête, qu’est-ce que ça changeait ? Pas grand-chose de toute évidence. Parler après tout, c’était peut-être pas la meilleure chose à faire, mais garder le silence ne semblait pas non plus être la meilleure solution au problème. Dans tout ça, il lui restait bien une option et c’était celle qu’il avait choisie en revenant vers Tessa. Il l’avait embrassée, enfin et il était bien incapable de le regretter ce baiser. Même s’il lui avait fait perdre ses mots et qu’il était probablement encore plus passé pour un débile auprès de Tessa avec sa réplique inutile, avant qu’elle ne l’embrasse à son tour. Finalement, ce baiser alors, c’était une bonne option non ? Il voulait croire que oui et peut-être que maintenant, ils n’auraient pas d’autres choix que de parler de tout ça, mais ça semblait déjà plus facile, maintenant qu’y avait eu ce premier pas entre eux. Le baiser, il en disait long déjà, le sien, celui que Tessa lui avait rendu, ça avait du sens, pour lui en tout cas et il ne pouvait pas s’empêcher de penser que pour Tessa aussi. Il ne put s’empêcher de rire à sa réplique, restant tout proche d’elle, portefeuille ou pas il n’était pas sûr de vouloir s’éloigner pour l’instant. « T’as vraiment les meilleures répliques post-baiser que j’ai jamais entendue. » Cela-dit, il ne savait pas ce qu’il était l’idéal, comme mots après un premier baiser comme ça, deux premiers baisers pour leur cas. Ça faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu à se poser la question, après tout le temps qu’il avait passé avec Gina. « Est-ce que je dois comprendre que t’es vraiment inquiète pour mon estomac ? Ou le tien, peut-être. » Parce qu’il avait du mal à croire en sa réplique, quand elle lui avait dit qu’elle n’avait pas faim. Il la connaissait par cœur, Tessa alors il trouverait ça bizarre qu’elle n’ait pas faim, là, maintenant, alors qu’il avait l’impression que ‘j’ai faim’ était l’une des phrases qui passaient le plus souvent le seuil de ses lèvres. Si elle avait faim, il pouvait quand même aller faire l’effort d’aller leur chercher à manger, quand bien même il était vraiment bien, là avec elle, le sourire définitivement accroché aux lèvres.

_________________
in the dead of the night, i'll make it up to you.
Took your heart, took your hand, Promise you all that I have Hoping that you understand I'm far from a perfect man. 'Cause honey it's been a hard year It seemed like we're going nowhere. In our darkest hour, in the dead of the night I'll make it up to you. Your hands in mine I'll make it up to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W./marie.
arrivé(e) le : 19/06/2017
Messages : 11160
avatar : bob morley, le parfait.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs) + uc (quote).
Points : 383
âge du perso : trente-deux ans.
MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight. Ven 14 Juil - 19:26

so many words we're not saying
La journée avait commencé de façon tout à fait anodine; comme un samedi qui ressemblait à beaucoup d’autres, sauf que pour cette fois-ci, Tessa s’était réveillée de particulièrement bonne humeur; parce qu’elle aimait toujours la Pride, et que pour les occasions où elle avait la possibilité d’y aller, c’était comme si son esprit n’se focalisait que sur ça. Mais au-delà de cette joie instantanée, rien n’avait paru différent: la blonde avait essayé de laisser ses doutes dans un coin de sa chambre, juste pour saisir l’instant présent qui s’offrait à elle, en compagnie d’Aodren. Parce qu’il avait été là, comme il était toujours là, à ses côtés, une petite routine du matin qui lui allait très bien de la sorte: le matin au petit-déjeuner, elle le voyait toujours, ils parlaient parfois quand ils avaient le temps - ils avaient eu le temps, ce matin - et bien trop tôt, ils se devaient tous les deux, de poursuivre le cours de leur journée. Parfois, ils avaient même l’occasion de partir en même temps, et ç’avait toujours fait sourire Tessa jusqu’aux oreilles; même quand ils avaient été ‘juste amis’, et même dans les moments les plus ‘compliqués’ de la marche impétueuse de ses songes. Après trois ans, la compagnie quasi-constante du jeune homme était devenu un repère, tout autant que les murs de l’appartement, l’emplacement du canapé, ou même la façon dont il fallait orienter le robinet de la salle de bain pour avoir de l’eau chaude, sans se cramer. Et pour toutes les fois où elle avait connu une matinée différente - parce qu’il n’avait pas été à l’appartement, parce qu’il avait été en ‘galante compagnie’ ou pour quelque autre raison que ce soit - la blonde avait su que ce matin, elle avait juste été parfaitement satisfaite avec leur habitude, si profondément ancrée entre eux, qu’elle semblait gravée dans le marbre. Pour ces derniers temps, elle essayait surtout de s’en ‘contenter’, peut-être une bataille perdue d’avance, tout autant que les prétentions de ses parents étaient fausses à souhait: tout autant qu’ils n’pouvaient pas, eux, pleinement se satisfaire de leur fille un peu bizarre et imprudente sur les bords, Tessa, elle menaçait, selon les jours, de péter un câble, à surveiller ses mots, à trébucher sur ses phrases, et à lorgner trop longtemps sur Aodren, pour mieux devoir s’forcer à faire comme si de rien n’était, l’instant d’après. Ce matin, l’esprit occupé à imaginer l’après-midi qui se profilait à l’horizon, le quotidien naturel et normal pour eux deux était aisément passé pour Tessa, sans anicroche, sans complication, sans doute, sans pensée trop longue et trop lascive, dirigée vers l’Adkins. Elle lui avait juste proposé de l’accompagner à Central Park pour l’événement, parce qu’il pouvait vouloir sortir, et parce qu’elle aimait sa compagnie tout court; il n’y avait eu aucune arrière-pensée à cela, aucun plan façonné dans la tête de la jeune femme, aucun ‘peut-être’, même, construit dans son imagination. Au contraire, pour toutes les fois qu’elle s’était imaginée avoir assez de courage pour ouvrir la bouche et dire ce qu’elle avait sur le coeur ou faire un geste impétueux, ç’avait été dans l’intimité de leur appartement, loin du regard des autres, au cas où les choses n’tourneraient pas de la façon la plus idéale. S’mettre à pleurer au beau milieu d’un parc bondé de public, très peu pour elle. Devoir fuir de Central Park pour essayer de retrouver le chemin de la maison, l’esprit hagard et hanté par ses regrets? Elle se serait paumée, et elle aurait fini dans le Bronx sans même s’en rendre compte. Et à pieds.

Alors non, pour aujourd’hui comme pour tous les autres jours, Tessa s’était surtout persuadée de n’rien faire et n’rien dire, ne rien tenter d’audacieux ou imprudent. Elle avait juste voulu profiter de la journée; une belle ambition, qui généralement, était ruinée en mille morceaux quand Aodren et elle se retrouvaient au-delà de la théorie, droit dans la pratique. Ils étaient tous les deux des imbéciles, apparemment. Pour des raisons évidentes, apparemment aussi. Apparemment, ouais. Elle n’savait pas, Tessa, ce que voulaient dire sans le dire, les baisers qu’ils s’échangeaient, incandescents et impétueux, le brun et elle. Elle n’l’avait certainement pas prévu à sa journée, ce baiser; ni quelques secondes plus tôt, ni plusieurs heures auparavant, quand ils étaient enfin arrivé au coeur de Central Park et qu’elle avait déplié cette couverture d’été pour qu’ils s’y assoient tous les deux. Elle n’savait même pas ce qu’elle avait prévu, Tessa; juste passer du temps avec Aodren, ou peut-être qu’il passe du bon temps avec quelqu’un d’autre, avec d’autres gens, et qu’elle soit à côté, à faire comme si c’était normal et qu’elle le vivait très bien. Peut-être aurait-elle poussé la stupidité à en faire de même, parce qu’il fallait bien savoir garder le nord, parfois. Ses rêves les plus fous, ils n’avaient toujours été que ça, et ils n’auraient dû être que ça, dans la tête de la blonde - probablement parce que, mine de rien, elle s’était construit son propre scénario dans son crâne. Celui tragique, et non pas celui romantique et facile comme peu de couples des films romantiques n’connaissaient. Peut-être avait-elle regardé trop de films romantiques, en fin de compte, et la Dyer imaginait tout d’suite le pire, quand bien même le pire, elle n’l’avait sans doute jamais connu. Ils n’étaient que des gens normaux, eux. Elle y était si souvent rappelée au quotidien, à sa ‘normalité’ qui faisait qu’elle n’était pas la fille idéale aux yeux de ses parents, ni l’employée modèle qui méritait la promotion de ses rêves aux yeux de ses patrons; pourquoi l’avait-elle oublié, soudainement, avec Aodren? Elle était juste Tessa, après tout, l’imbécile qui vivait facilement, et qui rigolait pour un rien, pouffant cette fois-ci à la réplique du jeune homme; « Je sais. » dit-elle, son sourcil arqué lorsqu’elle croisa enfin le regard d’Aodren, comme si c’était si facile d’oublier qu’ils venaient tout juste de s’embrasser, passionnément et langoureusement, un geste un peu sorti de nulle part, dont ils ne parlaient pas. Pas encore. Elle préférait ses répliques à elle, à ce que d’autres répondraient, au besoin que certains auraient de ‘parler’ de tout ça; parler d’quoi? Tessa, elle était experte pour fuir, experte pour n’pas vouloir que la réalité arrive trop vite; encore une fois, surtout pas en plein coeur de Central Park, qui sait, elle pouvait toujours s’mettre à pleurer, hein. Mais Aodren la rendait heureuse, dans les grands moments épiques comme un premier baiser, ou avec ses petites moqueries; celle-ci lui valut un autre coup, dans l’épaule cette fois, alors que la blonde esquissait une moue vexée; « Bah ça, c’est vraiment une mauvaise réplique à avoir après un premier baiser. » le mot était passé enfin d’entre ses lèvres; une réalité qui lui fit se mordiller celle-ci, légèrement; « Figure-toi que mon estomac a besoin d’une constante attention. » d’un petit air dramatique, comme si ça pouvait justifier quoique ce soit, elle releva les yeux vers lui - « Ou peut-être que t’as quelque-chose à m’proposer pour que j’arrête de m’inquiéter des estomacs des uns et des autres. » mais pour l’heure, elle n’savait même pas ce qu’elle lançait comme idée, ou petit défi, Tessa, dévisageant le brun, attendant presque une réponse immédiate, les sourcils haussés d’un air gentiment dédaigneux. Au moins, Aodren était un type qui savait déjà qu’elle préférait presque son estomac à n’importe quel homme, c’était déjà ça.

_________________


soulmates aren't rare

north stars though, they are. by chance, you'll meet someone who encompasses the way home; someone who is home. and you'll love them as they are because they are yours, they exist beneath your skin in your veins, in your bones. (@tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: (tessa + event 1), this is where it starts tonight.

Revenir en haut Aller en bas

(tessa + event 1), this is where it starts tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 6 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the tinder way :: slow down your neighbors :: les rps :: les rps terminés-