AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(jonah), feels like a monday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W. /marie.
arrivé(e) le : 23/06/2017
Messages : 3648
avatar : stephen amell, miaou.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs), uc (quote).
Points : 523
âge du perso : trente-quatre ans.
MessageSujet: (jonah), feels like a monday Sam 20 Jan - 3:21

jonah reeve


TINDER SEX

NOM : le nom de reeve était encore sur les programmes sportifs il y a quelques années, en top de liste, prêt à briller au maximum.
PRÉNOM(S) : jonah, christian; dire que ses parents sont catholiques est un doux euphémisme.
ÂGE : à trente-quatre ans, il est déjà à la retraite, privé du meilleur côté de sa vie, sans doute.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : il est né un 8 décembre, à portland au maine; il en est loin maintenant.
EMPLOI : il est un ancien joueur de hockey sur glace professionnel, pour les new york rangers. il a dû prendre sa retraite à trente-et-un ans, suite à une blessure. aujourd'hui, force est de constater qu'il doit subsister à ses besoins, il est désormais le co-propriétaire d'un bar plutôt chic de la ville.
SITUATION CIVILE : cela fait plus d'un an qu'il a été laissé, célibataire, par la mère de sa fille.
ORIENTATION SEXUELLE : il est hétérosexuel, purement et simplement. pas besoin de chercher plus loin.
FEAT : stephen amell, le roi des abs.
indépendant volage simple sportif ambitieux colérique travailleur dévoué loyal fêtard responsable fier rancunier peu bavard organisé précis charmeur charismatique aventureux.
everything will be alright in the end. so if it’s not alright it’s not the end.

001. + la seconde nature de jonah, c'est le sport; il semble que ç'ait toujours été une extension de son être, l'endroit où il appartenait: sur un terrain, l'esprit de compétition au fond des tripes, déterminé et entêté. jonah a commencé à faire du hockey sur glace à ses six ans, et n'a quitté les skates qu'à trente ans, dans une retraite forcée suite à une blessure grave au genou. le sport aujourd'hui, est cette restriction qui le frustre plus qu'elle ne le soulage: il est facilement exécrable, frustré par ses handicaps. avant, il passait plusieurs jours, tous les jours de la semaine, à s'entrainer, à s'échauffer, à donner un sens à sa vie - maintenant, tout lui est limité, ses os peuvent être douloureux trop vite, et on lui prescrit plus de médicaments qu'il n'en a eus dans toute sa vie, avant tout ça. 002. + pendant sa période de popularité, le jeune homme s'est plu à surfer sur les vagues du grand new york; c'était une chance inespérée pour lui, que de devenir professionnel dans le domaine qui le passionnait le plus. sans être devenu aussi célèbre qu'une rock star, il avait ses admirateurs, il a eu son heure de gloire sous la lumière, et ça lui a évidemment permis d'aligner beaucoup d'histoires. aucune plus significative cependant, que celle en dents de scie, qui l'a lié à la mère de sa fille - meika - dont il s'occupe seul désormais. on pourrait presque dire alors, que jonah est devenu un homme "rangé", père célibataire presque raisonnable: pourtant, c'n'est pas nécessairement le résultat d'un choix à cent pour cent. 003. + il aurait été fou, lui, de n'pas se rendre compte de tous ses atouts: sportif, musclé, beau gosse - évidemment qu'il faisait tourner des têtes et évidemment qu'il n'a jamais été aveugle à ce fait. souvent, jonah en a joué, plus qu'il ne le serait acceptable pour sa famille; aux yeux de ses parents, il est le fils sage et romantique, presque noble, qui a au moins essayé de bien construire sa vie. le point de rupture pour eux, a été quand il a eu un enfant, sans être marié et sans avoir l'intention de demander la mère du bébé en mariage; leur histoire, en vérité, a été plus chaotique, plus sporadique, plus compliquée qu'ils ne l'ont avoué. ils se voyaient, puis n'se voyaient plus pendant si longtemps que forcément, ils allaient voir autre part; mais ils se retrouvaient, ils n'en parlaient pas, et ainsi de suite. jonah a toujours voulu profiter de la vie à cent pour cent, surtout cette jeunesse dorée et inespérée qui lui était toute offerte: meika, ça a été un peu comme un coup de cloche dans leur gueule, et ils ont essayé d'bien faire. 004. + en tant que père, d'ailleurs, beaucoup pourraient dire qu'il est désorganisé, un peu bordélique, un peu paumé; jonah avait été persuadé que ça changerait au moins un peu, avec le temps - mais s'occuper d'une petite de deux ans et demi, à qui sa mère semble de plus en plus manquer, n's'avère pas être une tâche évidente. il essaye, il se dévoue à meika plus qu'il n's'est dévoué à n'importe qui d'autre dans sa vie: jonah est presque typique des clichés qu'on a sur les femmes de son âge - il n'a pas peur d'complètement disparaître de la circulation et se porter absent dès que sa fille a un quelconque problème, il parle de sa fille plus souvent qu'il n'parle de n'importe quoi d'autre (un fait qui a probablement ruiné nombre de ses rendez-vous romantiques), et il fera toujours passer meika avant n'importe qui. 005. + écrire ici une info à savoir sur votre personnage. écrire ici une info à savoir sur votre personnage. 006. + les blessures, jonah connaît; il est un patient plutôt facile à vivre, habitué des entorses, des douleurs musculaires et des signes liés à tout cela. aujourd'hui, son principal problème reste son genou: en deux ans, il a dû subir plusieurs interventions chirurgicales pour limiter les dégâts, et parfois, il semblerait presque que les médecins ne soient pas aussi ambitieux et positifs que lui. depuis cette période, il n'a jamais remis de skate, et n'a jamais remis les pieds sur la glace, ce qui lui manque terriblement. il compense généralement par d'autres sports, faits à l'extrême, qui lui causent d'autres douleurs et d'autres problèmes. le sport reste pourtant l'exutoire favori de jonah; l'absence de celui-ci rend sa frustration difficile à gérer. 007. + de son passif sportif, il a pris l'habitude de surveiller ce qu'il mangeait, évidemment; jonah ne s'est jamais drogué, alors, malgré sa réputation sulfureuse à l'université ou plus tard encore. il ne fume pas, et boit généralement modérément: certains le diraient raisonnable, lui il s'dit que c'est quand même important. résultat de son passé, il a encore des visites médicales très régulières, pour vérifier s'il n'a pas de problème cardiaque ou autre dû à son brusque changement de mode de vie. histoire de n'pas finir obèse à avoir perdu tous ses muscles, jonah doit également surveiller ce qu'il mange, ce qu'il ingurgite et ainsi de suite. les fast food et les pizza alors, c'est généralement très peu pour lui. de l'autre côté, il compense, en laissant à sa fille meika, l'opportunité d'un peu avoir tout ce que ses caprices lui offrent, de découvrir et de croquer la vie à pleines dents, sans restriction quelle qu'elle soit. 008. + il est d'un naturel facilement curieux, jonah; avoir à s'occuper d'une petite fille, apprendre ses envies, subir ses dessins animés et autres, ça ouvre forcément l'esprit. alors même s'il ne se retrouve pas forcément dans la situation idéale, construite de toute pièce dans sa tête, jonah est capable de s'adapter, toujours. de nature, il n'est pas particulièrement porté sur le high tech et les gadgets, il pourrait facilement passer une journée sans toucher à son téléphone portable; mais pour découvrir les réseaux sociaux ou le site internet matchmaker, il n'a pas hésité à changer ses habitudes, peu à peu. être "façonnable" de la sorte, faisait après tout partie de l'importance de son image publique quand il était un sportif de haut niveau, et cela n'a pas changé. jonah n'est pas pudique ou privé, il s'assume, assume la vie qu'il a, et n'hésite pas à bâcher avec soin ceux qui pourraient le juger. 009. + même si parfois il semble perdre les pédales sur l'heure, l'organisation qu'il a vis à vis de meika et de ses programmes à elle, jonah tient à rester quelqu'un d'ordonné et de propre sur lui; on peut, alors, facilement dire qu'il fait attention à son apparence, et même à l'apparence de sa fille. il aime avoir assez de "contrôle" sur son environnement pour que l'appartement soit toujours rangé quand il le quitte, que le bordel ne devienne pas plus imposant que l'humain qui vit dedans. il aime quand même, avoir en son appartement, un petit monde bien à lui, où il peut être tranquille avec meika après une longue journée; s'il n'est pas fermé aux rencontres, s'il aime sortir, jonah a aussi appris à apprécier les moments faits de simplicité, sans extravagance. 010. + entêté, jonah ne s'est toujours construit qu'une seule voie possible; et aujourd'hui, il est évident qu'il en paye le prix- s'il a investi dans ce diner avec son frère, c'était pour l'aider lui avant de s'aider lui-même. construire une vie de ce genre ne l'intéresse pas, ne l'inspire pas plus que de mesure. mais jonah n'sait pas quoi faire d'autre; seul avec meika, à son âge, il se sent parfois avoir raté toutes ses opportunités. alors il se révèle être plus souvent volage, attiré par l'instabilité plutôt que la recherche de quelque-chose qui ne semble même pas exister en lui. il fait passer sa fille en priorité de tout et n'importe qui désormais, et c'est la seule chose qui le persuade qu'au moins, il fait quelque-chose de bien. parfois, son agent le contacte encore, pour des contrats: de la télévision, du commentaire sportif, écrire un livre - il semble qu'on lui a tout proposé pour surfer encore un peu sur la vague de son succès qui se meurt. jonah il regrette surtout ce temps passé, pour plein de raisons.


l'avis de votre personnage sur le site de rencontre matchmaker.
Lui, il était la personne qui passe quotidiennement devant les publicités de ce site, sans s'en rendre compte, et sans y prêter la moindre attention. Il n'a jamais eu besoin de méthodes de ce genre, pour réussir à avoir des rendez-vous, avec qui que ce soit. A une époque, il lui suffisait de dire son nom, pour avoir une rangée de femmes qui se battaient pour lui - littéralement. Maintenant, se rappeler tous les jours du brusque changement d'humeur dans sa vie n'est pas quelque-chose qu'il aime subir plus que de mesure. Alors il dit se concentrer sur son rôle de père - au moins, c'est facile et au moins, Meika aura toujours besoin de lui. C'est sa sœur cadette, qui l'a inscrit sur le site, lui créant une page et lui annonçant qu'il avait rendez-vous avec une jeune femme: comme ça, sans crier gare. Il s'est presque prêté au jeu par orgueil, avant que bien vite, tout ne le fasse déchanter: il n'a pas l'impression que ce sera comme ça qu'il trouvera l'amour. Ça n'semble pas... être bon. Bien au contraire. Alors à défaut de faire les choses bien, à défaut de perdre son temps, il s'dit qu'il peut au moins le faire en s'amusant.


mary-w. + marie

âge + l'âge d'une sagesse extrême, j'suis hyper sage dans ma tête, oué (a). disponiblité + 0/7 c'pour ça qu'on m'y voit tout le temps. fuseau horaire + le fuseau horaire des gens décalés qui n'ont pas de vie. personnage + inventé, bôgoss, sexy, hot, voilà (a). où avez vous connu le forum + well j'ai eu envie de le créer un jour. qu'en pensez vous + il est tout pourri, comme moi (y). votre mot de la fin + kakaprout.


Dernière édition par Jonah Reeve le Sam 20 Jan - 13:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Admin + queen of hearts. »

pseudo : MARY-W. /marie.
arrivé(e) le : 23/06/2017
Messages : 3648
avatar : stephen amell, miaou.
crédits : @my love (avatar), tumblr (gifs), uc (quote).
Points : 523
âge du perso : trente-quatre ans.
MessageSujet: Re: (jonah), feels like a monday Sam 20 Jan - 3:22

hate is foolish. and love is always wise.

manhattan (new york); jonah + vingt-huit ans ☆ Combien de fois allait-on encore lui dire, que cette chance était inespérée, inattendue, et complètement folle? Jonah était déjà épuisé de l’entendre; pourtant, c’était comme ça qu’on le motivait, comme ça qu’on le poussait à faire ses preuves. New York était insatiable et cruelle; elle piétinait ceux qui ne faisaient pas leurs preuves, bien assez vite, et le Reeve en avait été témoin. Il n’voulait pas en être la victime; pourtant, parfois, il en oubliait presque tout ce qui faisait la vie ici, parmi les êtres humains. Il suffisait que ses yeux cherchent un visage familier, malgré tout, pour que gagner ait un sens, au-delà de la fierté ambitieuse, au-delà de l’envie d’un type qui gravissait les échelons. Et ce n’était même pas le visage de sa petite-amie, non; le jeune homme aurait peut-être dû s’en sentir honteux, d’comme ça sembler jongler avec les vies. Mais Tina était ambitieuse et bosseuse elle aussi, Tina avait aussi des rêves qui semblaient plus grands qu’elle. Dans ce grand, trop grand New York qui pouvait engloutir n’importe qui, parfois, il s’disait Jonah, qu’y’avait bien qu’Evie pour être humaine. « C’était un beau match bravo. » il n’savait même pas pourquoi il souriait comme un imbécile, à ses flatteries à elle.  Pourquoi est-ce qu’il l’avait cherchée, elle, dans la foule des spectateurs? Quelques étages plus loin dans les tribunes, il y avait eu Valentina - sa petite amie, mannequin, riche, privilégiée, l’image de la réussite qu’on enviait à New York. Mais c’était face à Evie qu’il était; c’était elle qu’il était allé retrouver en premier. La pauvre Evie qui bataillait plus que lui encore dans sa vie; ça semblait évident dans ses yeux, dans les traits fatigués gravés sur son visage - ou le fait qu’elle n’se soit même pas changé, il ne sembla le remarquer qu’au tout dernier moment. Juste avant du moins, que Valentina ne s’ajoute au duo, sautillant sur elle-même, toujours aussi amusée et candide face à l’effervescence d’un stade tout entier qui célébrait une victoire. C’était bien différent des ambiances mondaines auxquelles elle était habituée - et évidemment, il y avait un côté charmant, doux, amusant à la voir se fondre si facilement dans ce monde qui n’était pas le sien. Valentina n’était pas juge et juré, elle était naturellement amoureuse du monde autour d’elle - même de tous ceux, si nombreux, qui étaient bien en-dessous d’elle. Il la suivit du regard, pendant trop longtemps sans doute, avant d’être rappelé à l’ordre par la voix d’Evie; « Bon, bha je vais y aller moi. » elle allait y aller; il fut incapable de dire si cette information alla à son cerveau, ou plus bas, dans ses entrailles qui se nouèrent - il n’avait même pas eu l’temps d’en placer une, et pourtant, il était content qu’elle soit là. « Tu veux pas venir fêter la victoire avec nous ? » la question le trahit, plus qu’il ne l’aurait voulu; ça semblait presque compliqué de demander de telles choses. Pourtant, ils étaient amis -- et entre amis, il pouvait bien l’inviter, non? « Non, j’peux pas sortir comme ça. J’ai enchainé les services, j’vais aller me reposer un peu. » évidemment. A la voir ici; à savoir qu’elle était restée jusqu’au bout du match, il avait presque oublié les cernes sous ses yeux: après tout, elle avait toujours le regard brillant et le sourire, franc, quoiqu’il advienne. « Une autre fois, alors. » il n’avait pas vraiment le choix, il n’allait décemment pas la trainer dans les rues de New York, en cette période, alors qu’elle avait travaillé pendant des heures sans s’arrêter. Il comprenait, il acceptait - il n’pouvait pas faire grand-chose d’autre. Peut-être même qu’elle devait penser qu’elle avait mieux à faire, mais elle avait la décence de trouver d’autres mots. Il n’pouvait que faire avec ça, de toute manière, comme si le reste était bien plus loin que ses ambitions à lui, son contrôle à lui, ou ses envies, tout simplement.

manhattan (new york); jonah + trente ans ☆ Quand Tina avait avoué qu’elle était enceinte, fallait bien admettre que Jonah, il aurait pu jurer que son monde entier s’écroulait. Pendant une fraction de seconde, son esprit avait été inondé de pensées, toutes plus honteuses les unes que les autres; un bébé, ça n’avait certainement pas été dans le plan. Ils n’en étaient même pas là, Valentina et lui. Ils n’étaient pas vraiment quelque-part à vrai dire, portés par leurs envies, leurs coeurs, et les changements impétueux de la vie professionnelle qu’ils faisaient passer avant tout le reste. Maintenant, pourtant, ces quelques fractions de seconde étaient oubliées, enterrées et annihilées. Maintenant, aussi surprenant que cela puisse paraître, Jonah ne trouvait plus le moindre doute en lui; pas alors qu’il tenait sa fille dans ses bras. Valentina avait dit qu’elle avait besoin d’air, de se dégourdir les jambes et il l’avait laissée partir, assurant qu’il s’occuperait de Meika. Meika, c’était le plus beau prénom qui soit, pour le plus beau bébé qui soit: comment pourrait-il penser autrement? Comment avait-il pu avoir quelque pensée négative dans son crâne, pendant les neuf derniers mois? Le bébé était sage et paisible; elle s’était endormie peu à peu, sous les caresses tendres de son père, sur sa toute petite main - et le monde avait complètement disparu, si bien qu’il fut presque surpris en entendant la voix à côté de lui. Celle de sa mère. «  La petite est arrivée au bon moment; un mariage en juillet-août, c’est toujours facile à organiser. » dans le train de ses pensées, parti à toute vitesse avec son coeur, littéralement amoureux de sa fille, Jonah eut bien du mal à suivre les paroles de sa mère, et à comprendre ce qu’elle disait. Évidemment, pourtant; il aurait dû deviner. Il soupira, déterminé à garder ses yeux et son attention concentrés sur Meika, qui dormait à poings fermés. Parfois elle gesticulait, et ça le surprenait - mais jusque-là, il semblait faire les choses à peu près bien. Il n’avait certainement pas l’intention de la faire tomber, et s’assurer de ça était plus important que se focaliser sur quoique ce soit des répliques balancées par la femme à côté de lui. « Pas maintenant. Est-c’qu’on peut parler d’ça plus tard, tu veux? » sa mère n’était probablement pas habituée à la désinvolture, un genre de rébellion dans la voix, ou le fait que son fils ne relève même pas les yeux vers elle. « Enfin Jonah, tu ne peux pas rester comme ça! Tu ne peux pas laisser la mère de ta fille et ta fille comme ça. » comme si Valentina risquait un jour de se retrouver à la rue, juste parce qu’ils n’étaient pas mariés. Comme si Meika courait le moindre risque: s’il pouvait croire une chose, Jonah, c’était que Tina et lui étaient unis dans leur amour véritable, surprenant et puissant pour la petite fille qui était si brusquement entré dans leurs vies. Au-delà de ça, il n’pouvait pas garantir grand-chose. « Tu sais très bien que c’est la meilleure chose à faire, au moins pour ta fille quand même. » comme si se marier par obligation était la meilleure chose à faire; Jonah en leva les yeux au ciel pour lui-même; il aurait probablement dû reposer le bébé dans son petit berceau, déjà, mais il n’en eut pas la force. Alors quand il entendit sa mère ouvrir la bouche à nouveau, juste à côté de lui, il ne put pas résister plus longtemps; « Arrête avec cette histoire, tu veux! J’ai dit, pas maintenant. Et même, j’pense pas qu’elle veuille m’épouser, alors fous-nous la paix. » ils n’étaient plus au dix-neuvième siècle, où les femmes devaient être mariées pour avoir une vie, une sécurité quelle qu’elle soit, ou quelque droit que ce soit. Ça, c’était pour les ancêtres, les cadavres qui croupissaient sous terre - ils étaient en 2015 bordel! Et au-delà de Valentina, de Meika, Jonah lui-même savait qu’il n’avait pas envie de ça. Pas maintenant, pas comme ça. Peut-être, même pas avec Valentina, et qu’importait la religion. Il voulait juste être avec sa fille là tout de suite, et il n’voulait pas croire que c’était tant demander que ça.

brooklyn (new york); jonah + trente-deux ans ☆ Valentina Ries. Quand il vit le nom de l’expéditeur du mail, Jonah lâcha un soupir. Qu’est-ce qu’il était censé faire de ça? L’imprimer et l’accrocher au mur de la chambre de Meika, pour quand leur fille saurait lire? il n’pouvait s’empêcher de croire qu’elle n’savait pas ce qu’elle faisait, Tina, quand elle écrivait ces messages, ces cartes et ces lettres à l’adresse d’un bébé d’un an et demi qui ne comprenait rien à ce qui lui arrivait. Du jour au lendemain, ça n’avait été que Meika et lui; et ils s’en sortaient très bien comme ça. C’était, du moins, ce dont il essayait de se persuader, le Reeve, faute de mieux. Il n’allait certainement pas supplier la jeune femme de revenir - il n’allait même pas se donner le devoir d’ouvrir ce mail, de le lire et d’y répondre. A quoi bon? Les mots n’étaient pas pour lui; ils étaient chargés de justifications dont il n’avait pas besoin, de ‘peut-être’ qu’il n’voulait certainement pas implanter dans la tête de leur fille, et de l’histoire de sa vie, à Valentina, là-bas, à l’autre bout du monde. Si loin de New York et de sa fille. Parce qu’évidemment, c’était surtout pour Meika que Jonah se sentait si furieux, si rancunier, si incapable de pardonner quoique ce soit; évidemment, il n’avait pas été fou au point de croire que Tina serait toujours là pour lui, parce que c’était un peu c’qu’ils s’étaient promis, de façon chaotique et compliquée, quand ils avaient décidé de garder leur bébé. C’était trop tard pour tout ça désormais. Trop tard pour beaucoup de choses: y compris les regrets ou les justifications de Valentina. Il n’en avait pas besoin, il n’en voulait pas, et il n’voulait pas que Meika vive avec ce poids-là sur son coeur. Pourtant, il ne supprima pas le mail pour autant; il le laissa juste là, faisant défiler le reste de la page, pour voir ce qu’il pouvait y avoir d’autre - avec l’espoir qu’au moins, «l’autre», pourrait effacer de sa tête, les pensées parasites auxquelles il n’pouvait rien changer.

brooklyn (new york); jonah + trente-trois ans ☆ « Alooooors, ce rendez-vous? » l’observant avec un sourire mutin, Lydia papillonna des yeux; il savait ce qu’elle attendait - des remerciements ou un truc du genre. La veille, sa soeur cadette lui avait annoncé qu’il avait un rendez-vous amoureux, trouvé sur le site MatchMaker, parce qu’elle l’avait inscrit là-bas. ‘T’es si désespérant en célibataire’ avait-elle dit dans un soupir; peut-être avait-elle eu raison, après tout. Voilà un an et demi que Valentina était partie, et bien huit mois qu’il n’avait rien fait avec une femme. Être père célibataire bouffait du temps, hein: alors au moment d’hésiter entre l’envoyer bouler, ou l’engueuler parce que c’n’était pas ses affaires, à Lydia, Jonah avait pris une décision tout à fait différente. Il était allé au rendez-vous: qui ne tente rien n’a rien, hein? « Sexy. » c’est tout ce qu’il dit, avec un sourire chargé de sous-entendu; il n’allait pas essayer d’se cacher - ce rencard avait été un succès, au moins pour quelque-chose. Il devait avoir l’air moins désespérant, au moins, maintenant qu’il avait vidé ses couilles après huit longs mois. « Ugh, tu déconnes? T’es censé trouver l’amouuuur, pas te taper tout New York! » lui, il ne voyait pas vraiment pourquoi, il était censé ‘chercher l’amour’; déverser son temps et ses efforts dans quelque-chose de c’genre, quand il avait déjà tout ce dont il avait besoin. Meika, une vie avec laquelle il devait faire. Et Meika, avant tout, fallait bien le mentionner deux fois; sa fille n’avait certainement pas besoin de voir défiler femme après femme, pendant que son père célibataire cherchait ‘l’amour’. Elle avait besoin de stabilité: une soirée passée chez Lydia alors que son père était à un rencard amoureux qui ne concernait que lui, c’était beaucoup moins perturbant que les ‘amours’ qui ne marchaient de toute façon pas. Il haussa les épaules, alors, Jonah, incapable de vouloir s’chercher un prétexte ou justifier quoique ce soit; y’avait pas de règles inhérentes à ce site de rencontres entre personnes majeures et vaccinées, après tout. Il s’était bien amusé avec cette fille, mais au fond, peut-être que s’il avait vraiment cherché l’amour, s’il avait vraiment été désespéré à ce point, il se serait inscrit lui-même, à ce site.

_________________


we didn't choose the thug life
home is like a smile you see in a photograph. no matter what you do, its not supposed to change. how i wish that i could feel that once more, right now. i really need you to be here because you want to be, back here safe and sound with me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(jonah), feels like a monday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the tinder way :: spread your wings :: Bringing Up Baby :: fiches validées-